UNITÉ DANS LA RUE, UNITÉ DANS LES URNES !

Publié le par pcfvierzon

Malgré la crise, ils continuent !  Et pourtant, Sarkozy et les principaux dirigeants européens ne veulent rien changer ou presque.

En France, 360 milliards ont été mobilisés pour les banques, combien pour les travailleurs ? La privatisation des services publics continue avec La Poste, la soumission des hôpitaux à la logique de rentabilité privée ou la libéralisation du transport de voyageurs. Alors que le chômage explose, le gouvernement se refuse toujours à interdire les licenciements boursiers ou à donner les moyens de bloquer les licenciements sans justification le gouvernements refusent de modifier les traités libéraux qui interdisent l’harmonisation sociale ou fiscale, empêchent de lutter contre les paradis fiscaux, sacralisent le libre-échange mondial. Leur devise : «si notre politique marche, on continue, si elle ne marche pas on accélère !»

Une majorité de Français sait que cette politique aggrave la crise et conduit à toujours plus de souffrances pour la population. Mais nous savons que c’est

un changement complet de politique qui est nécessaire face à la crise. Le 7 juin prochain auront lieu les élections européennes. 

C’est une chance exceptionnelle de dire non à Sarkozy et à l’Europe libérale du traité de Lisbonne, oui à une Europe démocratique, sociale, écologique et de paix.     C’est une chance exceptionnelle pour les citoyennes et les citoyens de prendre la parole et d’exercer le pouvoir qui leur est partout refusé. Ne la laissons pas passer ! Les salariés ont su réaliser le front social dans la rue.                                                                                
Construisons le front politique dans les urnes. C’est l’objectif du Front de Gauche qui rassemble déjà le Parti Communiste Français, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire, ainsi que des milliers de militants, personnalités, citoyens rassemblés sans exclusive pour changer d’Europe.

Je soutiens le Front de Gauche pour changer d’Europe

RETOURNER À :  PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS, 2 place du Colonel Fabien 75019 Paris ou PARTI DE GAUCHE, 63 av. de la République 75011 Paris

Nom ................................................................ Prénom.................................................................

Adresse .........................................................................................................................................

CP .................. Ville ................................... Tél . ............................... Email .................................

Je verse un don de ...................... euros Je souhaite participer à la campagne

A l’ordre : du mandataire financier de votre circonscription (voir site internet www.frontdegauche.eu)


C’EST PARTI !

Elections européennes du 7 juin 2009 : le front de gauche pour changer d'Europe.

Le meeting de lancement du Front de Gauche a rassemblé plus de 6 300 personnes le 8 mars dernier au Zénith de Paris. Ce succès traduit l’aspiration profonde dans notre peuple à se rassembler pour changer vraiment. Le Front de Gauche est un outil pour imposer d’autres politiques que celles du traité de Lisbonne et des gouvernements européens en permettant qu’enfin le peuple s’en mêle.


Marie-George Buffet,
secrétaire nationale du PCF :  

Osons rompre avec ce qui ne marche pas Le monde est face à une crise profonde et durable. Chaque jour qui passe voit 3000 chômeurs de plus en France ; 5500 en Espagne. Personne ne peut dire aujourd’hui les dégâts humains, économiques démocratiques qu’elle peut produire. Aussi, face aux Sarkozy, Barroso et Merkel, osons l'avenir ! Osons rompre avec ce qui ne marche pas ! Osons leur reprendre des mains les entreprises et les banques qu'ils sont tout bonnement incapables de gérer ! La seule issue à la crise c'est l’appropriation sociale des marchés et la prise de pouvoir des salariés dans les entreprises ! Alors oui, il faut que les peuples reprennent la main. Il faut qu'ils changent d’Europe ! Pas pour se replier chacun chez soi mais pour faire de l’Europe cet espace de liberté de progrès, de coopération dont nous avons besoin.

Christian Picquet,
 Militants du NPA rejoignant le Front de Gauche porte-parole de la Gauche unitaire :

Devenir une force qui compte Je veux lancer ici un appel solennel à mes camarades du NPA, dont je ne veux pas imaginer qu’ils iront jusqu’au bout d’une logique de division délibérée de la gauche de transformation. Aux sympathisants de ce nouveau parti, qui avaient vu en lui la promesse d’un renouvellement des pratiques politiques à gauche. Aux acteurs et actrices du mouvement social, qui savent combien les mobilisations et résistances de ces dernières années ont souffert de l’absence d’alternative politique. À toutes et à tous, je dis : il est temps de s’engager. Faites passer le bien commun avant les frilosités, les conservatismes de boutique, les calculs à courte vue ! Venez avec nous ! Éparpillés, nous ne sommes rien. Rassemblés, sans gommer nos héritages et nos spécificités, nous pouvons devenir une force qui compte !

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche :

Le but du Front de Gauche est l’implication populaire Notre but ce n'est pas la simple union entre nos Partis politiques, même si tout commence par là. Notre but c'est l'union et l'implication populaire. C'est que le peuple lui-même puisse former un front de gauche face au désastre du capitalisme qui s'avance. L'accord de nos organisations est un facilitateur, un déclencheur de rassemblement populaire. C'est pourquoi nous maintenons tendue la main à nos interlocuteurs du NPA, des Alternatifs, du MRC, de L'ADS, des Écologistes de gauche. Ni rebuffades, ni prétexte à géométrie variable ne nous lasseront. Car nous connaissons l'enjeu. Tous unis nous pouvons à la fois battre la droite et passer en tête de la gauche, réglant de cette façon tous les problèmes qui ont condamné la gauche à l'échec. Le refus des choix libéraux s’exprime avec force à chaque fois que se réalise l’union dans la rue, comme aux Antilles, à l’Université, dans les entreprises qui licencient, dans la mobilisation interprofessionnelle du 29 janvier et du 19 mars. Ces dernières semaines, le gouvernement a été obligé de reculer à plusieurs reprises. C’est un encouragement à la lutte.

 

En comprimant les salaires et en donnant tout pouvoir à la Bourse, les gouvernements et les marchés ont provoqué la plus grande crise du capitalisme depuis un siècle. La retraite par capitalisation, les subprimes, la priorité absolue à la finance… ce sont leurs «réformes» qui conduisent partout l’humanité au désastre.

 

Publié dans FRONT de GAUCHE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article