Déclaration de Jean Claude SANDRIER Députer du CHER et de la Fédération du CHER du PCF.

Publié le par Section Pcf Vierzon

" De la difficulté d'être expert en démocratie"
 
Sans aucun doute, la démocratie est un exercice difficile. Plutôt que d'asséner des vérités" prêt-à porter" il devient urgent d'engager un débat sur le fond.
Concernant tôut d'abord le choix que nous saluons, du PS dans la deuxième circonscription, il est lié à une règle et même une éthique qui fait que, depuis toujours, le candidat placé en tète de la gauche au 1 er tour, devient le candidat de toute la gauche au 2ème tour et cela quelle que soit l'élection.
Ceci n'est pas objet d'un "accord" ou d'un "petit arrangement", c'est une règle connue et qui ne peut donc trompé ni abuser qui que ce soit.
Que cela gène tel ou tel que cette règle exerce d'un communiste, nous le voyons très bien, mais il arrive, c'est même le plus souvent qu'elle exerce en faveur d'un socialiste. Peut-être que dans ce sens là les critiques, s'il y en a, sont-elles moins acerbes! D'ailleurs nous tenons à citer deux exemples de ce désistement républicain de députés sortants  PCF en faveur d'un candidat PS qui sera seul pour le ce deuxième tour de élection législative. Il s'agit, dans les Haut de Seine, de Marie-Hélène Amiable qui est arrivée 282 voix derrière le PS et, en Seine- Maritime, de Jean-Paul Lecoq arrivé 83 voix derrière le PS. Tous les deux se retirent en appelant à voter pour le PS dimanche prochain et c'est normal.
 
C'est la règle, gage de respect entre les différents partis de gauche, existe aussi pour éviter qu'un élu de gauche soit otage du choix de partis de droite ou extrême-droite. D'ailleurs nous en avons la tentation faite par quelques élus de la droite vierzonnaise. Et là aussi, nous tenons à saluer ceux qui à droite, n'ont pas voulu s'associer à ce genre de manipulation politicienne. La démocratie c'est, pour tous les partis de gauche, écarter ce type de jeu politicien consistant à laisser choisir la droite, la gauche qui lui plairait le mieux.Quant au débat de font sur la rénovation de notre démocratie,il est à entreprendre et c'est le mérite du Front de Gauche de l'avoir engagé. Certains s'étonnent du niveau de abstention. Il y a beaucoup de raisons à cela et essentiellement deux.
 
La première n'est pas nouvelle. Pour interresser les citoyens à la politique, il faudrait que la politique change quelque chose pour eux, dans leur vie, en termes, de pouvoir d'achat, de services publics....
 
Le deuxième est plus récente. La conjoncture invraisemblable, justement au plan de la démocratie, de l'élection du ¨Président de la République au suffrage universel, du mandat ramené à 5 ans en le faisant non seulement coïncider mais en faisant dépendre l'élection législative du résultat de l'élection présidentielle a signer une régression inquiétante de la démocratie ou le pouvoir d'un homme (d'une femme) prime sur le reste. A tel point que l'election législative apparait de plus en plus secondaire aux Françaix.
Notre vrai problème démocratique en France, ce n'est pas l'application d'une règle qui constitue une marque de respect et étique entre formations de gauche, mais bien d'inverser la tendance hyper présidentialisation, hyper pouvoir de l'exécutif avec un pouvoir législatif assez inexistant ou l'on demande aux députés d'une majorité être plutôt des godillots que des ferments de créativité. Une situation dont les français se sont bien redu compte.
 
Enfin, nous ne parlons pas du mode de scrutin qui, en faussant la représentation nationale est également un handicap au développement de la démocratie. Certes, les choses ne sont pas simples, mais ce n'est pas une raison pour ne pas les affronter car il y va non seulement du progrès de la démocratie mais du progrès tout court.       
               
BOURGES le 12 juin 2012.

Publié dans FRONT de GAUCHE

Commenter cet article