Défendons nos droits à la retraite.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Le gouvernement a convoqué une conférence sociale pour évoquer l'avenir de nos retraites. Ce serait une heureuse initiative si ce n'était hélas pour rechercher les voies et moyens pour limiter le droit des salariés à la retraite.

Tout cela part d'une fausse évidence : l'espérance de vie ayant augmenté, il faudrait naturellement travailler plus longtemps pour assurer des pensions correctes aux retraités. Or, on oublie simplement de dire que c'est justement parce que les gens partaient à la retraite à 6O ans dans de bonnes conditions qu'ils vivent aujourd'hui plus vieux qu'auparavant.

 

En vérité, c'est bien parce que les gens cessent leur activité à l'âge où le poids des ans ne leur permet plus d'avoir régulièrement une activité physique aussi dense, qu'ils vivent plus longtemps en bonne santé et donc plus vieux. Toute mesure qui reviendrait à faire partir plus tard les gens en retraite, ne peut que réduire leur espérance de vie. Toute mesure de ce genre est donc une mesure inhumaine.

 

Cette volonté de repousser l'âge de la retraite est en réalité uniquement guidée par des considérations financières trouver une dizaine de milliards d'euros d'économie sur les caisses de retraites. Après avoir renfloué les banques qui ont fait n'importe quoi, et comme on ne veut pas réellement s'attaquer à l'évasion fiscale qui coûte entre 35 et 60 milliards d'euros par an à notre pays, sous la houlette de Mme Merkel et de M. Barroso, les gouvernements de l'Union Européenne exigent qu'on s'en prenne aux services publics et à la protections sociale. C'est ainsi qu'on s'attaque à la sécurité sociale, aux allocations familiales et aux retraites pour réduire les dépenses publiques et faire, à terme, place nette aux assurances privées comme aux États-Unis.

Préparons dès maintenant les mobilisations de la rentrée pour défendre le droit de tous et de toutes à des retraites longues avec des pensions décentes !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article