Doux : le pôle frais liquidé, les autres sociétés sous observation jusqu'au 9 octobre.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Le tribunal de commerce de Quimper a décidé ce mercredi après-midi la liquidation du pôle frais du groupe volailler Doux ainsi que le maintien de la période d'observation pour les autres sociétés du groupe. Une bonne nouvelle pour les candidats à la reprise des activités du groupe volailler. Une mauvaise nouvelle pour les quelque 1700 salariés de cette filière.

2012-08-01doux.jpgConcernant le pôle frais de Doux, les offres de reprise peuvent être déposées jusqu'au 10 août et l'activité de ce pôle est prolongée pendant un mois. La période d'observation, qui a commencé début juin, est prolongée pour les autres sociétés du groupe et la situation sera examinée à nouveau le 9 octobre.

Le groupe Doux content:

L'un des avocats du volailler breton, Me Jean-Claude Gourvès, s'est félicité d'avoir "sollicité et obtenu" le maintien de la période d'observation jusque fin novembre. "C'est l'étape nécessaire pour nous permettre d'élaborer" le plan de continuation", a-t-il déclaré. Et tant pis si l'activité "frais" reste sur le carreau. "Nous espérons des candidats repreneurs pour ce pôle frais", se contente de dire le conseiller de la famille Doux.

L'emploi sacrifié pour les syndicats:

Les syndicats n'ont pas la même lecture du jugement du tribunal de commerce de Quimper. Avant même son annonce, la CFDT déplorait que "compte tenu des offres qui restent trop faibles en terme d'emplois, de projets industriels et de l'insuffisance des informations reçues, la CFDT ne peut prendre une position qui sacrifie l'emploi. Ceci malgré la proposition d'amélioration de l'offre de Sofiprotéol", écrit dans un communiqué le syndicat, en indiquant avoir présenté à l'audience, vendredi dernier, une motion: "Pas d'avis en faveur d'un plan de reprise ou de continuation".

"Il faut dès à présent tirer les leçons de ce gâchis social et économique dû à l'absence d'anticipation et de stratégie filière", poursuit le syndicat qui exige "la mise en place, aux niveaux régional et national, des conférences agro-alimentaires sur la filière avicole".

Au moins 2000 postes menacés:

Avec les CDD, plus de 4.000 personnes sont employées chez Doux qui fait travailler quelque 800 éleveurs. Deux mille personnes sont employées par des sociétés de transport travaillant pour le groupe, sans compter les nombreux emplois chez les fournisseurs et la sous-traitance. Selon les organisations syndicales du groupe Doux, 1.553 CDI et 525 CDD seraient aujourd’hui menacés dans le cadre des différentes offres de reprises du volailler, sur un total, en ce qui concerne les CDI, de 3.400 emplois.

BLOG/Intersyndicale "DOUX".

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article