Elections régionales en Espagne : Victoire des indépendantistes au Pays basque et percée d'IU en Galice.

Publié le par Section Pcf Vierzon

4840049-7236265.jpgMariano Rajoy (Parti Populaire - droite) a enregistré dimanche un succès en Galice, sa terre natale, lors d'un scrutin aux allures de referendum sur la politique d'austérité du gouvernement. Son Parti populaire conserve la majorité absolue, et progresse même au Parlement de cette région du nord-ouest. Il dispose désormais de 41 sièges, soient trois de plus qu'en 2009.

La coalition Alternative galicienne de gauche ( Alternativa Galega de Esquerda ), coalition électorale regroupant des partis de gauche et régionalistes remporte plus de 14% des voix et fait son entrée au parlement régional. Cette coalition est composée de :
-ANOVA-Irmandade Nacionalista (gauche républicaine autonomiste) - 4 sièges ( http://www.anova-galiza.org/ )
-Esquerda Unida (EU-IU) - 5 sièges ( http://www.esquerdaunida.org/ )
-Equo (parti écolo socialiste) - ( http://partidoequo.es/ )
-Espazo Ecosocialista Galego (parti écolo régionaliste) - ( http://ecogaleguistas.org/ )

Le Parti socialiste de Galice (branche du PSOE) ne parvient pas se maintenir, il est concurrencé par la gauche et paye le prix de sa capitulation économique. Il recueille 20,48% contre 31,02% en 2009 perdant de fait 7 sièges, au profit de la coalition AGE.

Dans l'autre élection régionale organisée ce week-end, la nouvelle coalition indépendantiste EH Bildu, résurgence du parti interdit Batasuna, s'est imposée comme la deuxième force au Pays basque, à la faveur de la fin de la violence annoncée il y a un an par l'ETA. Elle talonne à présent les nationalistes conservateurs du PNV.

Dans les deux scrutins, les socialistes ont enregistré des revers.

Mariano Rajoy, fragilisé par la crise et en chute dans les sondages, échappe donc au camouflet d'une défaite, moins d'un an après son arrivée au pouvoir. Mais son horizon ne s 'éclaircit pas pour autant. Alors que les manifestations se multiplient contre les hausses d'impôts et les baisses de dépenses publiques. Et dans un mois, le 25 novembre, il affrontera un autre scrutin régional à haut risque, en Catalogne cette fois-ci.
La puissante région du nord-ouest est, elle aussi, en proie à une fronde indépendantiste nourrie par la crise économique. CATALUNYA LLIURE !!!

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article