Gérard Depardieu nous joue l'avare mais ce n'est pas un rôle de composition.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Après Bernard Arnaud, la plus grande fortune de France, voici au tour de Gérard depardieu.jpgDepardieu, l'acteur français le mieux payé, de succomber aux charmes fiscaux de la Belgique. Inquiétante épidémie qui commence sérieusement à gréver les recettes budgétaires de l'État. Cet exil fiscal qui n'empêche pas l'admiration pour l'inoubliable interprète des « valseuses » est insupportable.

Sa carrière n'en déplaise à son talent, il la doit aussi à ses compatriotes. En refusant de payer ses impôts, de participer à la solidarité nationale, le très oubliable soutien de Nicolas Sarkozy durant la dernière campagne électorale, entache durablement son image auprès des Français. A l'heure où la France connait un record de pauvreté, 8,6 millions de pauvres, Gérard Depardieu nous joue l'avare mais ce n'est pas un rôle de composition.

La gauche reproche à l’acteur une attitude anti-patriotique, tandis que la droite y a vu le résultat de la politique fiscale du gouvernement. 

Pour lutter efficacement contre l’évasion fiscale il serait intéressant d'instaurer un "droit de suite fiscal", comme aux USA et, d’une moindre façon, en Allemagne : Tout citoyen français vivant à l’étranger doit payer à la France l’écart d’impôt entre ce qu’il paie dans son pays de résidence et ce qu’il devrait payer en France.

Celui-ci pourrait être contrôlé par une «Haute autorité de lutte contre l’évasion fiscale». 

A noter que cette proposition figurait dans le Programme du Front de Gauche.

Par Olivier Dartigolles, porte parole du PCF.

Publié dans ACTUALITEE

Commenter cet article