Hausse du chômage en novembre,19e mois de hausse consécutive.

Publié le par Section Pcf Vierzon

competitivite3.jpgC'est le 19e mois consécutif de hausse du chômage en France avec 29.300 chômeurs de plus qu'en octobre (+0,9%). Sur un an, le chômage a augmenté de 10,8% en France dans la catégorie A – celle des personnes n'ayant exercé aucune activité. Désormais, la France compte 3.132.600 chômeurs, son plus haut niveau depuis janvier 1998.

Selon les chiffres communiqués par le ministère du Travail, ce sont les personnes âgées de 50 ans et plus qui sont le plus touchées par cette nouvelle augmentation du chômage. Sur un an, la hausse est de 17,5%.

Cet été, François Hollande avait annoncé vouloir inverser la courbe du chômage à la fin de l'année 2013. Un objectif réitéré jeudi lors de sa visite au marché international de Rungis près de Paris. "Nous devons être tous sur le pont pour le travail et la lutte contre le chômage", a expliqué le président.

Selon l'économiste Philippe Askénazy, directeur de recherche au CNRS, cet objectif sera difficile à tenir : "Au mieux, l'économie française connaîtra une très faible croissance, et dans ces conditions la France est incapable de créer suffisamment d'emplois pour permettre un reflux du chômage."

Selon lui, en 2013, le chômage continuera d'augmenter. "L'industrie va continuer à souffrir", explique Philippe Askénazy. Mais selon l'économiste, il y a aussi des inquiétudes dans d'autres secteurs, d'habitude créateurs d'emplois comme ceux de l'aide à la personne. "Ces secteurs vivent grâce à l'aide publique, or avec les restrictions sur le budget de l'État on a des inquiétudes", détaille l'économiste. Si l'on prend en compte toutes les personnes qui recherchent un emploi, qu'elles aient travaillé ou pas (catégorie A, B, C), il n'y a pas non plus eu de bonne surprise en novembre. Leur nombre a progressé de 30.400 (+0,7 %) en novembre, pour atteindre 4.617.400 (4.904.900 y compris les DOM). Cette progression apparaît plutôt limitée, mais c'est en soi une mauvaise nouvelle. La cause de cette modération est la baisse du nombre de chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois, conséquence directe de la crise sur le marché du travail.

Aucune catégorie de salariés épargnée:

La situation est d'autant plus inquiétante qu'aucune catégorie de salariés n'a été épargnée en novembre. La progression est toutefois plus forte à la fois pour les jeunes et pour les seniors (+1,2 % sur le mois contre +0,8 % pour la tranche d'âge 25 -49 ans). Côté chômeurs de 50 ans et plus, il faut noter l'extinction de la dispense de recherche d'emploi pour les plus âgés. Côté jeunes, un nouveau seuil symbolique s'approche à grand pas : celui des 500.000 jeunes chômeurs de catégorie A . En novembre, leur nombre a en effet atteint 493.600, là encore un effectif inégalé depuis 15 ans.

Le seuil du demi-million s'approche aussi à grand pas concernant le nombre des demandeurs d'emploi depuis 3 ans et plus (496.900 en novembre). Au total, le mois dernier, le ministère du Travail a dénombré 1.797.900 chômeurs de longue durée c'est-à-dire depuis un an au moins (données sur les catégories A, B et C), soit 184.000 de plus que fin 2011.

Par FranceInfo, AFP.

Publié dans ECONOMIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article