Hollande élu, Sarkozy battu à plate-couture par la gauche.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Revivez l'élection de François Hollande sur l'Humanité.fr.  Le candidat socialiste est élu président de la République. François Hollande reccueille entre 51,24% des suffrages au second tour de la présidentielle, contre 48,76% pour Nicolas Sarkozy. Analyses du scrutin.

  • François Hollande devient le deuxième président de la République de gauche de la Vème République. Pas d'exultation pour autant pour le candidat socialiste, malgré la ferveur populaire qui l'a entouré tout au long de cette nuit électorale de Tulle à la Bastille. "Je suis fier d'avoir été capable de redonner espoir", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il serait "le président de tous".
  • Nicolas Sarkozy et le sarkozysme sont défaits. Le président sortant est même renvoyé hors de la politique, puisqu'il a assuré lui-même "ma place ne pourra plus être la même... Mon engagement sera différent". Cette défaite condamne aussi la stratégie de campagne très extrême-droitière de Nicolas Sarkozy.
  • La droite profondément divisée: malgré les appels à l'unité, au sein de l'UMP, l'ex-parti présidentiel sort décapité, tiraillé entre les appels du pied du Front national et la volonté de se recentrer.
  • La bataille pour les législatives a débuté dès l'annonce des résultats. "S'il y avait une majorité de députés du Front de gauche, cela obligerait le Parti socialiste à faire une vraie politique de gauche", souligne Jean-Luc Mélenchon, candidat FdG à la présidentielle. De sonc côté, Pierre Laurent, estime que la contribution du Front de gauche, dont le PCF fait partie, avait été "décisive" au succès de François Hollande. "Les élections législatives vont être très importantes pour donner de la force à des vraies idées de gauche que nous avons semées dans cette campagne. Notre travail va être de prolonger cette victoire", "il faut qu'elle débouche sur un changement de politique qui soit réel."
  • Les gouvernements européens ont poliment salué la victoire de François Hollande, parlant tous dans leurs messages de félicitation de la nécessité d'un "pacte pour la croissance", y compris le ministre allemand des Affaires étrangères.

22 heures 40. Le PS et l'UMP sont au coude à coude pour le premier tour des législatives le 10 juin, selon un sondage Ifop-Fiducial réalisé dimanche, jour du deuxième tour de la présidentielle, entre 17H et 20H00:

  • 31% des Français ont l'intention de voter pour un candidat socialiste ou PRG
  • 30% pour un candidat de l'UMP

22 heures 30. José Manuel Barroso "félicite chaleureusement" François

Revivez l'élection de François Hollande sur l'Humanité.fr.  Le candidat socialiste est élu président de la République. François Hollande reccueille entre 51,24% des suffrages au second tour de la présidentielle, contre 48,76% pour Nicolas Sarkozy. Analyses du scrutin.

  • François Hollande devient le deuxième président de la République de gauche de la Vème République. Pas d'exultation pour autant pour le candidat socialiste, malgré la ferveur populaire qui l'a entouré tout au long de cette nuit électorale de Tulle à la Bastille. "Je suis fier d'avoir été capable de redonner espoir", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il serait "le président de tous".
  • Nicolas Sarkozy et le sarkozysme sont défaits. Le président sortant est même renvoyé hors de la politique, puisqu'il a assuré lui-même "ma place ne pourra plus être la même... Mon engagement sera différent". Cette défaite condamne aussi la stratégie de campagne très extrême-droitière de Nicolas Sarkozy.
  • La droite profondément divisée: malgré les appels à l'unité, au sein de l'UMP, l'ex-parti présidentiel sort décapité, tiraillé entre les appels du pied du Front national et la volonté de se recentrer.
  • La bataille pour les législatives a débuté dès l'annonce des résultats. "S'il y avait une majorité de députés du Front de gauche, cela obligerait le Parti socialiste à faire une vraie politique de gauche", souligne Jean-Luc Mélenchon, candidat FdG à la présidentielle. De sonc côté, Pierre Laurent, estime que la contribution du Front de gauche, dont le PCF fait partie, avait été "décisive" au succès de François Hollande. "Les élections législatives vont être très importantes pour donner de la force à des vraies idées de gauche que nous avons semées dans cette campagne. Notre travail va être de prolonger cette victoire", "il faut qu'elle débouche sur un changement de politique qui soit réel."
  • Les gouvernements européens ont poliment salué la victoire de François Hollande, parlant tous dans leurs messages de félicitation de la nécessité d'un "pacte pour la croissance", y compris le ministre allemand des Affaires étrangères.

22 heures 40. Le PS et l'UMP sont au coude à coude pour le premier tour des législatives le 10 juin, selon un sondage Ifop-Fiducial réalisé dimanche, jour du deuxième tour de la présidentielle, entre 17H et 20H00:

  • 31% des Français ont l'intention de voter pour un candidat socialiste ou PRG
  • 30% pour un candidat de l'UMP

22 heures 30. José Manuel Barroso "félicite chaleureusement" François Hollande et lui adresse ses "voeux de succès", dans un communiqué. "Nous avons clairement un objectif commun: relancer l'économie européenne pour générer une croissance durable", ajoute le président de la Commission européenne, qui dit "pouvoir compter sur les convictions et l'engagement personnel de François Hollande pour faire avancer l'intégration européenne. Nous avons clairement un objectif commun: relancer l'économie européenne pour générer une croissance durable, reposant sur des bases saines et source de nouveaux emplois. Il nous faut maintenant transformer ces aspirations en actions concrètes."

21 heures 50. "Nous allons travailler ensemble à un pacte de croissance pour l'Europe", a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, lors d'une courte visite à l'ambassade de France à Berlin après la victoire de François Hollande. "Nous devons ajouter de nouvelles impulsions de croissances, cela passe par des réformes structurelles. Je n'ai aucun doute que nous allons voir réaliser ensemble nos exigences communes", a-t-il ajouté. 

21 heures 45. Le Danemark, qui assure la présidence tournante de l'UE, envisage une coopération "bénéfique et rapprochée" avec François Hollande pour l'emploi et la croissance en Europe, déclare dimanche dans un communiqué la Première ministre socialiste danois Helle Thorning-Schmidt, qui affirme son engagement à "sortir l'Europe de la crise et de continuer de se concentrer sur la création d'emploi et sur la croissance".

21 heures 30. François Hollande réagit à son élection de Tulle, sur la place de la Cathédrale, devant 5.000 personnes. Les moments forts:

  • La gauche au pouvoir: "Je mesure l'honneur qui m'a été fait. J'exprime ma profonde gratitude à toutes celles et tous ceux qui ont par leurs suffrages rendus cette victoire possible. Beaucoup attendait ce moment de puis de longues années. D'autres plus jeunes ne l'avaient pas connu. Je suis fier d'avoir été capable d'avoir donné espoir. J'imagine leur émotion, je la partage. Cette émotion doit être celle de la fierté, de la dignité, de la responsabilité. Le changement que je vous propose doit être à la hauteur de la France. Il commence maintenant".
  • Le rassemblement: "Aux électeurs qui ne m'ont pas accordé leurs suffrages, qu'ils sachent bien que je respecte leurs convictions et que je serai le président de tous. Il n'y a pas deux France, il n'y a qu'une seule nation réunie dans un seul destin. Aucun enfant de la République ne sera laissé de côté, relégué, discriminé et la promesse de la réussite sera honoré pour l'accomplissemnt de chacun. Trop de fracture, de blessure de rupture de coupure ont pu séprarer nos concitoyens. S'en est fini".
  • "Au service de la France": "Le premier devoir du président de la République est de rassembler pour redresser la France. Le redressement de notre production pour sortir le pays de la crise, la réduction de la dette, la préservation de notre modèle social, l'égalité entre nos territoires, la priorité éducative et l'école de la république, l'exigence environnementale et la transition écologique, la justice et la jeunesse. Chacun de mes choix se fondera sur ces seuls critères, est-ce juste et vraiment pour la jeunesse.  J'ai confiance en la France."
  • Ses objectifs: "Le rêve français est notre histoire, notre avenir. Il s'appelle le progrès, pour qu'à chaque génération nous vivions mieux, que nous donnions une vie meilleure à nos enfants que la notre. C'est ce rêve français que je vais tenter d'accomplir. Responsable de l'avenir de notre pays, je mesure que l'Europe nous regarde. je suis sûr que dans bien des pays européens, ça a été un soulagement: l'idée que l'austérité ne sera plus une fatalité. Je dois donner à la construction européenne une mesure de croissance".

21 heures. Premières estimations des reports de voix de François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen:

  • François Hollande a bénéficié dimanche des reports de 29% des voix du centriste François Bayrou, de 14% des voix de Marine Le Pen et de 81% de celles de Jean-Luc Mélenchon, selon un sondage Ipsos pour France Télévisions, Radio France, Le Monde et Le Point.
  • Nicolas Sarkozy a bénéficié de plus importants reports de François Bayrou (41%) et Marine Le Pen (51%). Il a grappillé 6% des voix obtenues au premier tour par Jean-Luc Mélenchon, selon cette enquête. Plus du tiers des électeurs de Marine Le Pen ont opté pour l'abstention (25%) ou le bulletin blanc ou nul (10%) prôné par leur candidate.
  • Abstention: 17% des électeurs de François Bayrou se sont abstenus et 13% ont voté blanc ou nul. Concernant Jean-Luc Mélenchon, 10% de ses électeurs ont choisi l'abstention et 3% le bulletin blanc ou nul.

20 heures 45. Jean-Luc Mélenchon célèbre la défaite de Nicolas Sarkozy:

"Ainsi est réglé le compte du fossoyeur des acquis sociaux et des services publics de notre République. Sa défaite est celle de son projet d'extrême-droitisation. C'est une très bonne nouvelle pour la France et pour l'Europe. Le monde, qui nous regarde connaît de nouveau l'audace des Français. Une page est tournée. Une autre commence pleine d'exigences. Je félicite François Hollande pour son élection. Son avantage lui donne les moyens d'agir. Je souhaite le meilleur au nouveau président comme à notre pays. >>> Lire la suite.

 

20 heures 35. Marine Le Pen a appelé dimanche soir à construise une nouvelle opposition qui "tranche idéologiquement" et qui soit "digne de confiance" après la victoire de François Hollande sur Nicolas Sarkozy. La présidente du Front national tente de faire main-basse sur l'opposition: "Dans les prochains mois, nous devrons donc être très actifs (...) Il faut une véritable opposition, pas une opposition qui n'est que le reflet ou la copie d'un pouvoir en place. Il faut une opposition qui tranche idéologiquement et surtout qui soit digne de confiance".

La défaite du président sortant fait le jeu de la présidente du Front national, qui parie sur une "implosion" de l'UMP pour provoquer une recomposition politique à son profit.

20 heures 30. Nicolas Sarkozy réagit à sa défaite face aux militants de l'UMP à la Mutualité, à Paris, et annonce la fin de sa carrière politique:

  • Félicitations à François Hollande: "La France a un nouveau président de la République. François Hollande est le nouveau président et doit être respecté. Je veux lui souhaiter bonne chance au milieu des épreuves. Ca sera difficile mais je souhaite de tout cœur que la France réussisse à sortir des épreuves."
  • Sur la campagne, l'ancien président affirme: "J'ai tout fait pour faire gagner les idées qui nous rassemblent. Je me suis engagé totalement. Je n'ai pas réussi à convaincre une majorité de Français. Ensemble, nous avons fait une campagne inoubliable contre toutes les forces et dieu sait qu'elles étaient nombreuses. Mais je n'ai pas réussi à faire les valeurs que nous portons. Je porte toute la responsabilité de cette défaite."
  • Son avenir: "Je ne suis pas un homme qui n'assume pas les responsabilités. Il me faut en tirer toutes les conséquences. Une autre époque s'ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l'un des votres. Je partage vos idées, vos convictions. Vous pourrez compter sur moi pour les défendre, mais ma place ne pourra plus être la même... Mon engagement sera différent."

La vidéo de l'intervention de Nicolas Sarkozy

20 heures 20. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, exprime la joie des militants communistes : "En élisant aujourd'hui 6 mai, François Hollande président de la République, le peuple de France s'est libéré d'un pouvoir qui l'a méprisé et agressé pendant 5 ans. Je veux dire la joie des communistes qui ont combattu sans relâche Nicolas Sarkozy et sa politique et qui ont œuvré de toutes leurs forces à cette victoire. Je veux féliciter François Hollande pour son élection. Les femmes et les hommes qui se sont rassemblés sur sa candidature pour infliger à Nicolas Sarkozy la défaite qu'il méritait ont ouvert un nouvel espoir en France, et en Europe". >>> Lire la suite de la réaction de Pierre Laurent

20 heures 11. Jean-François Copé: "Nous sommes au côté de Nicolas Sarkozy, donc tous responsables de ce qui s'est passé". 

20 heures 10. Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault savourent la joie de la victoire sur France 2. "Nos partenaires européens doivent comprendre que c'est le choix de tous les Français." 

20 heures 8. Selon ses proches, Nicolas Sarkozy endosse la responsabilité de l'échec de l'UMP. Il ne mènera pas la bataille des législtaives.

20 heures 5. Les résultats selon les instituts de sondage:

  • Harris Interactive/Viadeo donne le candidat socialiste vainqueur à 51,9% des voix contre 48,1% au président sortant Nicolas Sarkozy, avec une abstention à 18,6%
  • L'institut CSA table sur une victoire avec 51,8% des voix contre 48,2 à Nicolas Sarkozy, l'abstention étant estimée à 19,6%
  • TNS-Sofres/Sopragroup crédite François Hollande de 52% des voix contre 48% à son rival, avec une abstention de 19,5%
  • Ipsos donne le candidat socialiste à 51,9% contre 48,1%

20 heures. François Hollande devient le deuxième président socialiste de la Ve République après François Mitterrand, et Nicolas Sarkozy le deuxième président battu à l'issue de son mandat, après Valéry Giscard d'Estaing en 1981.La participation est estimée entre 80 et 82%, légèrement plus qu'au premier tour il y a deux semaines mais moins qu'au second tour de la présidentielle de 2007.

19 heures 40. Un à deux milliers de partisans de François Hollande se sont réunis sur la place de la cathédrale à Tulle dans l'attente du discours de leur favori, dont ils anticipaient la victoire. "François, président !" et "On a gagné ! On a gagné!", lançaient quelques militants massés devant l'estrade montée pour l'occasion où devait s'exprimer le député de Corrèze après l'annonce des résultats.

François Hollande devait les rejoindre pour une courte allocution avant de rejoindre l'aéroport de Brive pour s'envoler vers Paris rejoindre la Bastille, le lieu où il espère fêter, avec ses amis socialistes et ses partisans, sa victoire.

19 heures 30. A tout à l'heure à la Bastille", a lancé dimanche soir aux journalistes Manuel Valls, le directeur de la communication de François Hollande, à la sortie du Conseil politique de la campagne du candidat socialiste. Manuel Valls n'a pas voulu en dire davantage, rappelant que les résultats officiels seraient annoncés à 20 heures.

19 heures. Les préparatifs s'accéléraient en fin de journée place de la Bastille, à Paris, où les socialistes ont prévu de fêter l'éventuelle victoire de François Hollande à l'élection présidentielle. Place de la Concorde, où Nicolas Sarkozy avait fêté devant une foule enthousiaste son succès en 2007, les préparatifs étaient plus discrets, avec l'installation peu après 18 heures d'un unique podium, destiné aux caméras de télévision. Mais la grande scène demeure en pièce détachée dans un camion. "En principe c'est là", répond un technicien à une journaliste de l'AFP qui s'enquiert de l'endroit où la fête est prévue en cas de victoire de Nicolas Sarkozy. Autour, de nombreux touristes, mais guère de trace de militants UMP.

A la Bastille, les noms de plusieurs artistes "amis", annoncés pour un concert, sont déjà évoqués dans une ambiance de plus en plus optimiste les minutes passant: Cali, Juliette, Yannick Noah. Le comédien Michel Piccoli était également présent. Au pied des marches de l'Opéra, construit sous François Mitterrand, de très nombreuses équipes de télévision ont pris place. Plusieurs podiums étaient en construction.

18 heures 30. Un cortège est prévu dimanche soir, à l'initiative des MJS, en cas d'élection de François Hollande, pour se rendre du siège du PS, rue de Solférino, dans le VIIème arrondissement et "prendre d'assaut" la Bastille. Le cortège devrait suivre le boulevard Saint-Germain "pas trop près de la Mutualité", souligne-t-on, en allusion à l'endroit où le président-candidat Nicolas Sarkozy réunit ses troupes.

18 heures 20. Les préparatifs de la fête de la victoire semblent s'accélérer place de la Bastille et marquer le pas à la place de la Concorde à Paris.

18 heures. Début de notre direct sur la soirée électorale à gauche

17 heures 30. 81 à 81,5%, c'est l'estimation du taux de participation que deux instituts de sondage entrevoient pour ce second tour de la présidentielle:

  • 81,5% selon Ifop-Fiducial pour Europe 1, Paris Match et Public Sénat
  • 81% par Harris Interactive et Viadeo pour M6.

Ce taux de participation avait été de 83,97% au second tour de la présidentielle de 2007. 

17 heures 20. Déjà du monde à Solférino. Est-ce le présage que les urnes penchent à gauche ce dimanche? Du monde se presse déjà au siège du Parti socialiste pour suivre l'annonce des résultats. La foule crie "François président!" Certains chantent la Marseillaise. Un homme, qui brandit un panneau "urgence sociale et écologique" assure "on va gagner".

Des huées s'élèvent alors qu'apparaît sur l'écran géant des images du QG de campagne de Nicolas Sarkozy. Puis le clip de campagne de François Hollande apparaît.

 

17 heures. Le taux de participation s'élève à 71,96%. La mobilisation des électeurs est donc légèrement supérieure pour ce second tour que pour le tour précédent. En revanche, elle est en repli par rapport au second tour de 2007 (75%) 

16 heures 30. En attendant les résultats, François Hollande a meublé sa journée de dimanche en sillonnant les bureaux de vote de la Corrèze après avoir déposé son bulletin dans l'urne à Tulle, son fief politique depuis 24 ans.

Après accompli son devoir électoral en milieu de matinée, le député et président du Conseil général s'est rendu dans les six bureaux de vote de Tulle et de plusieurs villages alentours. "J'occupe mon temps", a-t-il dit à la presse au restaurant Le Central, où il a longuement déjeuné en compagnie de proches et d'élus. Comme partout, beaucoup de Corréziens sont venus à sa rencontre. "Pourrai-je encore te tutoyer si tu deviens président ?", lui a demandé, très émue, une vieille dame au restaurant.
Parmi ses autres confidences du jour, François Hollande a dit avoir "brièvement" dormi la nuit précédente. "La journée va être longue. Je ne sais pas si ça va être une belle journée, ce sont les Français qui vont décider. Rien ne s'achève, tout se transforme."

Son programme: C'est dans les locaux du Conseil général, sur les hauteurs de Tulle, que François Hollande devait prendre connaissance du résultat de l'élection. Sa première déclaration est attendue vers 20h30 sur le parvis de la cathédrale de Tulle, où une scène à fond bleu a été installée.

15 heures 20. Analyse: "L'enjeu est d'ouvrir une brèche en votant Hollande"

14 heures 30. Bernadette Chirac verrouille le vote de Jacques Chirac. L'épouse de l'ex-chef de l'Etat a voté dimanche à Sarran (Corrèze) pour elle et pour l'ancien président, disant souhaiter que Nicolas Sarkozy soit "réélu ce soir". De quoi mettre fin aux rumeurs d'avant le premier tour qui voulait que le clan Chirac votait pour François Hollande, Bernadette mise à part. 

14 heures.Selon Jean-Marc Ayrault, François Hollande devrait avoir un échange dès dimanche soir avec la chancelière allemande Angela Merkel, s'il est élu.

Midi. La participation au second tour de la présidentielle française était de 30,3%.

 

Son programme: François Hollande devait ensuite faire la tournée des autres bureaux de vote de la ville dont il a été maire, puis de ceux des cantons alentours, dont le sien en début d'après-midi. En fin de journée, il devait se rendre à son bureau au Conseil général, sur les hauteurs de Tulle, pour y attendre les résultats avec son équipe. Une fois ceux-ci proclamés, François Hollande devrait faire une déclaration depuis la place de la cathédrale, où une estrade a été installée vendredi.

10 heures 45. Comme lors du premier tour de la présidentielle, Twitter se régale de ce deuxième tour avec des blagues et des rumeurs invérifiables sur cette journée électorale. Morceaux choisis de #radiolondres:

Ou encore: "Ne confonds pas le camembert Le Petit avec le camembert Président", "En Martinique, le rhum hollandais est cette année à 71,93 degrés" 

10 heures. Jean-Luc Mélenchon a voté dans une école élémentaire du 10e arrondissement de Paris. L'ex-candidat du Front de gauche à la présidentielle (11,1%), a expliqué sa démarche: "Vous connaissez la règle? Au premier tour on choisit, au deuxième tour, on élimine, je suis allé éliminer!."

Jean-Luc Mélenchon fera une déclaration depuis son QG de campagne aux Lilas (Seine-Saint-Denis) peu après les premières estimations de 20h00, avant de se rendre sur les plateaux de TF1 à 21h00, puis France 2 vers 21h45.

Suivez notre direct à l'Usine, QG du Front de gauche, dès 19 heures sur l'Humanité.fr 

Ira-t-il à la Bastille fêter la victoire de la gauche si François Hollande est élu? "Je ne crois pas", a rétorqué l'ex-socialiste, ajoutant aussitôt : "Peut-être pour être avec les gens, mais tout le monde me saute dessus pour m'embrasser et faire des photos" dans ce genre de rassemblement.

9 heures 30. Taux de participation aussi en hausse en Nouvelle-Calédonie pour le second tour de la présidentielle: 56,39% peu avant 17H00 en Nouvelle-Calédonie, en hausse de plus de quatre points par rapport au premier tour, selon les chiffres diffusés par le Haut-commissariat de la République. Au premier tour, Nicolas Sarkozy a recueilli 49,63% des voix en Nouvelle-Calédonie, contre 24,91% à François Hollande. 

9 heures. François Bayrou a voté à Pau.

A lire: L'UMP déchaîne sa haine contre François Bayrou

A lire aussi: Au modem, l'esprit de la lettre

A lire enfin: Pour Mélenchon, le Front de gauche rend impossible une alliance PS-MoDem 

8 heures 50. 46 millions de Français sont appelés aux urnes

8 heures 20. Dans la matinée, François Hollande votera dans son fief de Tulle, en Corrèze, où il a passé sa journée de samedi. Nicolas Sarkozy accomplira son devoir électoral dans un lycée du XVIe arrondissement de Paris. 

8 heures 10. La participation était en forte hausse en Polynésie française à 17 heures locales par rapport au premier tour à la même heure, avec plus de 50% de mobilisation, contre 44,96%. 

Journal L'Humanité. 

Publié dans ACTUALITEE

Commenter cet article