Jean-Luc Mélenchon en tête au 1er tour à Aubagne.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Présidentielle. Sondage exclusif CSA-la Marseillaise sur les intentions de vote.

Un sondage exclusif portant sur les intentions de vote à l'élection présidentielle dans la commune d'Aubagne (46.000 habitants), crédite Jean-Luc Mélenchon de 24%, le plaçant en tête au premier tour de scrutin. Le candidat du Front de Gauche que certains sondages donnent « troisième » au plan national confirme ainsi sa forte ascension.

Dans l'enquête, il est talonné par Nicolas Sarkozy (UMP) avec 23%, lui-même suivi de François Hollande (PS) avec 22% et de Marine Le Pen (Front national) avec 21 %. Viennent ensuite François Bayrou (MoDem) et Eva Joly (EELV) respectivement cités par les Aubagnais interrogés à hauteur de 6% et 2%, Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) à égalité avec 1 %. Quant à Jacques Cheminade et Nicolas Dupont-Aignan, ils ferment la marche avec… 0% chacun.

En 2007, au ler tour, le quatuor de tête était composé de Nicolas Sarkozy (32,28%), Ségolène Royal (21,30%), François Bayrou (14,89%) et Jean-Marie Le Pen (14,41 %).

En tête chez les cadres et les ouvriers

Bien que sa progression soit constante dans les intentions de vote enregistrées ces dernières semaines, Jean-Luc Mélenchon crée une énorme surprise ici où il réussit à repousser la chef de file frontiste derrière lui.

Le sondage CSA/la Marseillaise indique que le candidat du Front de Gauche a la préférence des Aubagnais interrogés dans la catégorie des « cadres et professions libérales » à hauteur de 26% contre 23% pour Nicolas Sarkozy,
20% pour François Hollande et 18% pour Marine Le Pen.

Chez les « ouvriers », 25% des sondés disent qu'ils donneraient leur voix à Jean-Luc Mélenchon, alors qu'ils sont entre 18 et 21% à citer les autres candidats. En revanche, si le leader du Front de Gauche est également en tête chez les « 30 à 49 ans », il est deuxième pour les « 50 ans et plus », et seulement troisième pour les « moins de 30 ans ».

En ce qui concerne le second tour de l'élection présidentielle, et dans l'hypothèse d'un duel Hollande/Sarkozy, (donnée dans tous les sondages nationaux), les intentions de vote exprimées par les 801 Aubagnais sondés, se portent sur François Hollande à 57% et sur Nicolas Sarkozy à 43% d'entre eux. Tandis que 20% ne se prononcent pas. Si le scrutin avait eu lieu le dimanche suivant le sondage, 92% des électeurs se situant dans les composantes du Front de Gauche auraient, selon leur réponse, voté pour le candidat socialiste.

Jeannette Riou (La Marseillaise, le 7 avril 2012)

Sondage CSA-La Marseillaise réalisé par téléphone les 29 et 30 mars derniers sur un échantillon national représentatif de 801 personnes âgées de 18 ans et plus, inscrites sur les listes électorales d'Aubagne.

Daniel Fontaine. « Le vote utile à l'alternative »

« Ce résultat est le reflet de ce que nous ressentons et qui s'exprime lors de nos rencontres citoyennes », affirme Daniel Fontaine, Maire (PCF) d'Aubagne. « Il y a un réel besoin d'une société différente qui est porté aujourd'hui par le candidat du Front de Gauche. »

Le 22 avril, « ces valeurs vont pouvoir s'exprimer ». Aubagne, dont les scores aux scrutins nationaux n'étaient pas toujours favorables à la Gauche au 1er tour confirme une tendance nationale. « On sent une aspiration à un monde nouveau tant de la part de ceux qui subissent la crise et qui ont besoin de changer de société, que de cadres qui ont de meilleures situations mais qui s'aperçoivent que la société part à vau-l'eau, qu'il y a une perte de valeurs. »

Et d'affirmer que « le vote pour Jean-Luc Mélenchon est le vote utile à l'alternative, plutôt que l'alternance ».

Quant au 2nd tour, Daniel Fontaine « attend de voir Il y a une volonté de changement. Hollande devra tenir compte de cette volonté populaire. Mais si un score historique fait que Mélenchon dépasse Hollande, il faudra qu'il s'engage pour le rassemblement. »

Un rassemblement qui devra se réaliser « quel que soit le candidat de Gauche qui arrive au 2nd tour ». Daniel Fontaine voit à travers la présidentielle une occasion de donner un signal fort. « Ce qui va se passer en France va avoir des conséquences. Je suis fier que ce soit dans notre pays que cette volonté s'exprime aussi fort. »

Sébastien Madau (La Marseillaise, le 7 avril 2012)

Publié dans Dans la presse.

Commenter cet article