L’enjeu.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Derniers jours, dernières heures, le flot s’accélère. L’énergie libérée à la Bastille a rebondi au Capitale puis au Prado. Il a fallu les plages de Marseille pour trouver un lieu suffisamment grand pour abriter provisoirement la vague immense. Restent ensuite le 19 avril à Paris puis le déferlement dans les urnes. Dans quelques jours nous en connaitrons l’ampleur. Déjà nous pressentons qu’un mouvement irrépressible est en train de changer la face de l’élection.

Regardez-les s’agiter pour mettre en place hâtivement les digues censées arrêter ce surgissement populaire. Après la charge de Parisot contre Mélenchon-héritier-de-la-Terreur, tout l’argumentaire réactionnaire contre les tenants d’une révolution menée par le peuple s’est mis en branle. Revoilà la vieille rengaine, grotesque et usée : la Révolution conduit au goulag ! Et pour les éditocrates, rien n’est bon dans le « phénomène Mélenchon ». Ni le retour aux urnes et à la politique qu’il permet pour tant de nos concitoyens. Ni la rencontre des générations qu’il opère. Ni le retour des ouvriers sur la scène. Ni le large rassemblement des salariés. Ni la possibilité de passer devant le FN. Surtout pas la possibilité que le FN soit renvoyé loin derrière ! Le Monde est contraint ce lundi de publier un rectificatif de la Commission des Sondages suite à une info bidon sur le vote pro-FN des jeunes basée sur un échantillon de 200 personnes ! Une décision rarissime. Faute de pouvoir le contrer politiquement, les tentatives de déconsidérer personnellement le candidat du Front de Gauche se multiplient. Mélenchon à 8%, cela apportait un peu d’animation dans une campagne morne. Excellent pour les ventes de pages publicitaires ! Mais le Front de Gauche devant le FN, culminant dans les sondages à 15 voire 17% c’est autre chose.

Digues dérisoires ! Le grand nombre ne croit plus à ces campagnes de dénigrement médiatique. Le signe qui ne trompe pas, c’est que nos thèmes continuent de faire leur chemin dans le débat. Sarkozy parle avec nos mots lorsqu’il demande que l’on revoie le rôle de la BCE... corrigé immédiatement par Fillon qui indique que la France ne demande aucun changement des traités. Hollande lâche qu’il faudra sans doute un coup de pouce pour le SMIC. Mais quel montant, 0,1 ou 20% ? Quand y’a du flou… Ce sont aussi les yeux de l’Europe et du monde qui se tournent vers nous. Les signatures affluent sur l’appel internationaliste, venus nombreuses de l’Union Européenne, d’Amérique Latine, de l’autre côté de la Méditerranée.

C’est enfin la finance qui se prépare à nous agresser, quel que soit le nouveau président. Elle est appelée à le faire par le pouvoir en place, qui conspire ouvertement contre la France. Ce lundi, à 6 jours du premier tour, un nouvel instrument financier a ainsi été lancé par la Bourse allemande, avec la bénédiction de l’agence publique France Trésor, pour permettre aux investisseurs du monde entier de spéculer contre la dette française. Il n’y a aucune demande en la matière. A la mi-journée, seuls 600 contrats à terme avaient été vendus, contre 4000 en Italie et 160000 en Allemagne lors du lancement d’un produit identique sur la dette de ces deux pays. Mais il leur fallait mettre en place dès maintenant les outils permettant d’attaquer la France. Nous voilà prévenus. Le choc aura lieu. Très vite. Avec quoi l’affronterons-nous ? Avec l’acquis du vote des Français dimanche prochain. De la hauteur de la vague Front de Gauche dépendra notre capacité à abattre le mur de la finance.

BLOG/FRONTde GAUCHE.

Publié dans FRONT de GAUCHE

Commenter cet article