"La refondation démocratique de l'UE doit être le combat de la France"

Publié le par Section Pcf Vierzon

Monsieur le président,j aime l europe
Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Mes chers collègues,
 
 
Dans l'Europe entière, la ligne de rupture est atteinte. La visite d’Angela Merkel à Athènes, dans une ville en état de siège, est le dernier stigmate de cette rupture sociale et démocratique.

La France compte 5 millions de chômeurs. L'UE en compte 25,4 millions. Partout, le chômage, la précarité, la dévastation industrielle et la casse des services publics sont en pleine expansion.

 
Nous traversons depuis 2008 une crise majeure du capitalisme financier mondialisé. Si l'UE est tant dans la tourmente, c'est parce qu'elle a été taillée sur mesure pour satisfaire les marchés en crise.

Vingt sommets européens se sont tenus depuis 2008. Tous annonçaient le « sauvetage de l'Europe ». Ils n'ont fait que précipiter sa fuite en avant ; et fait payer l'addition aux peuples européens.

C'est dans cette situation, qu'avec le Président de la République, vous nous demandez de ratifier le « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire », signé en mars dernier par Nicolas Sarkozy. Ne comptez pas sur nous. Cette ratification, Monsieur le Premier ministre, est à nos yeux une faute politique.

Oui une faute. Vous avez été élu pour conduire le changement, non pour emprunter les pas du sarkozysme.

Depuis hier, vous prétendez qu'une majorité de gauche existe pour adopter ce traité. C'est faux.

Faut-il rappeler que sans les 4 millions d'électeurs et d'électrices hostiles à ce traité, ceux du Front de gauche, il n'y avait pas, au printemps dernier, de majorité pour battre la droite ?

Faut-il rappeler que des millions d'électeurs ont cru à votre engagement de renégocier le traité ?

 
Les artifices de présentation de l'arithmétique parlementaire ne masqueront pas la réalité.

 
A l'assemblée nationale, 63 députés de gauche n'ont pas ratifié ce traité. Alors que le groupe socialiste dispose de la majorité des 289 sièges, seuls 263 députés PS l'ont approuvé.

Et je veux saluer le courage de toutes celles et ceux qui à nos côtés, à gauche, socialistes et écologistes, ont refusé de céder aux pressions, et son restés fidèles à leurs convictions.

Ici, au Sénat, le traité n'aura pas de majorité à gauche.

Les enquêtes d'opinion l'ont montré, les Français voulaient être consultés par référendum. Vous avez contourné cette volonté populaire. La ratification du traité restera entachée par ce refus.

Oui, il n'y a pas de majorité populaire, pas de majorité de gauche favorable à ce traité.

La suite de la prise parole de Pierre LAURENT au Sénat.

Publié dans VIE du PARTI

Commenter cet article