Le complot du patronat : après les «pigeons», les gros poissons ?

Publié le par Section Pcf Vierzon

Sous Sarkozy, le grand patronat était exaucé sans avoir besoin de médiatiser ses revendications. Aujourd'hui, tous les moyens sont bons pour faire pression sur le nouveau gouvernement.

Nous l'avions plus d'une fois noté : le programme de l'UMP était celui du Medef, et les désaccords parfois affichés ne servaient qu'à amuser la galerie.

Maintenant que Nicolas Sarkozy arrondit ses fins de mois autrement et que François Hollande a repris le flambeau, Le patronat continue à peser pour faire avancer ses revendications, tandis que l'UMP songe à descendre dans la rue...

C'est pourquoi certains usent de moyens inédits tandis que d'autres s'en remettent à la grande presse toujours au service du patronat, comme Carlos Ghosn dans Le Figaro le mois dernier [1] ou, ce week-end, une brochette de 98 PDG appelant, dans le Journal du Dimanche [2], à "baisser le coût du travail" — alors qu'eux-mêmes perçoivent de très hauts salaires — et à "rendre l'Etat plus économe" — alors que l'Etat offre chaque année aux entreprises, essentiellement les plus grandes, plus de 170 milliards de cadeaux par an soit 9% du PIB[3], accordés sans contrepartie notable sur l'investissement et l'emploi, entre niches fiscales, sociales et autres "dispositifs dérogatoires".

Mais 30 milliards de cadeaux fiscaux cela ne leur suffit pas : il leur faut 30 milliards de plus !

L'UMP avait l'habitude de pointer l'"assistanat" des plus pauvres, allant jusqu'à le qualifier de "cancer de la société".

Pourtant en France, l'assistanat des patrons — qui font la pluie et le beau temps de l'emploi — est autrement scandaleux… mais traité avec une particulière discrétion.

Même chose pour le prétendu "coût du travail" : celui du PDG et de l'actionnaire va de soi… mais pas celui du Smicard qui n'a aucun "mérite".

Quant aux prétendues "charges sociales" (qui sont en réalité des "cotisations sociales"), il ne faut pas se tromper: pour les spéculateurs, c'est le "tout le salaire" lui-même est une "charge sociale"; d'où la mise en avant médiatique du bénévolat !

Quant à l'argument de la «compétitivité»  qui mise sur l'export au détriment de la demande intérieure, et donc du bien-être des citoyens, comme on le voit en Allemagne [4] —, il se place dans une logique de mondialisation "heureuse" où règnent dumping fiscal et moins-disant social.

Il est dans l'ordre des choses que les salariés des pays dits "développés" s'appauvrissent désormais au bénéfice de ceux des pays "émergents" (en réalité, au bénéfice des multinationales et des "1%" les plus riches de la planète).

Pour les patrons, il serait aujourd'hui dans "l'ordre des choses" de continuer à démanteler les acquis des salariés, autrefois arrachés de haute lutte.

Le temps que les peuples exploités des pays "émergents"rejoignent à leur tour, par leurs luttes, le niveau de vie arraché dans les années 50 et 60 jusqu'aux années 90 en France, et qui s'est dissolu par manque de vigilance et désyndicalisation, les rapaces qui nous dominent ont encore de la marge !Notons cependant qu'en Chine, le salaire minimum vient d'être augmené de 20% pour la 3e année consécutive, et que les salariés chinois bénéficient désormais de 3 semaines de congés payés. Même si l'on est encore très loin des acquis des salariés occidentaux, au rythme où ils se réduisent en France, l'écart entre les niveaux de vie se réduit aujourd'hui très sérieusement.

A l'échelle de la France, l'Afep et le Medef poursuivent leur travail d'intimidation afin d'augmenter encore la rentabilié des investissements des péculateurs.

Pour eux, tant pis si les citoyens français ne peuvent plus consommer, et soient contraints peu à peu de renoncer à leur protection sociale et à une vie décente : le monde est vaste et les profits seront faits ailleurs ! Les Français s'en doutent bien, eux qui ont une très mauvaise opinion des grands patrons.

Qu'à cela ne tienne : le gouvernement a cédé aux «pigeons». Et il a failli céder sur les 35 heures; mais là c'était un peu gros (ou peut-être un peu trop tôt ?).

Ce qui est sûr c'est que si les salariés laissent faire, et ne se mobilisent pas, le gouvernement risque de céder encore et encore. Il n'y a pas de fin à l'appétit de profit, ni à la cupidité des actionnaires.

Il risque de céder sur 30 milliards d'exonérations nouvelles, qui seraient transférées sur la CSG qui est payée principalement par les salariés et les retraités; voilà l'enjeu !

Ne laissons pas faire !

D'où l'urgence pour les salairés de se mobiliser, et d'être massivement dans la rue le 14 novembre, journée européenne d'action contre l'austérité et pour le progrès social.

Et l'urgence pour les salariés de renforcer leurs syndicats, et principalement la CGT.

[1] Le patron de Renault, qui a gagné 10 millions d'euros l'année dernière, pointait «un problème de coût du travail», selon lui trop élevé, et appelait le gouvernement à davantage de «flexibilité» pour une meilleure «compétitivité»...
[2] La semaine dernière, le JDD s'est également distingué en publiant une chronique du journaliste Axel de Tarlé sur la trop grande générosité de la France en matière d'indemnisation du chômage...
[3] Ces 172 milliards englobent les 30 milliards d'euros d'exonérations de cotisations patronales accordées aux employeurs, notamment sur les bas salaires. Des allègements, assumés par l'Etat et la Sécu, qui ont connu une progression de près de 60% en dix ans.
[4] L'Allemagne compte 16% de pauvres et 25% de travailleurs pauvres ou précaires. Même ses retraités sombrent dans la misère et l'espérance de vie sans incapacité a chuté, passant en dix ans de 60 ans à 56,7 ans pour les hommes et de 64,3 à 57,7 ans pour les femmes.

BLOG/Ami.

Publié dans SYNDICATS

Commenter cet article

Citoyen 18 08/11/2012 09:33


Je ne suis pas un spécialiste de l'économie, mais je trouve curieux que l'on veuille relancer l'industrie en diminuant le pouvoir d'achat ! Qui va acheter ?
Pourquoi attendre 2 014 ?
Les sociétés du CAC 40 distribuent 40 milliards à leurs actionnaires ; si ces revenus du capital étaient taxés à 75% comme les salaire supérieurs à un million, on aurait trouvé les trente
milliards sans appauvrir les travailleurs !
Je partage l'indignation de la gauche la vraie.