LES CONTRATS RÉGIONAUX DE SOLIDARITÉ TERRITORIALE.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Marc Brynhole, qui intervenait pour le groupe communiste – Front de gauche a proposé que la Région s’affirme comme une collectivité efficace pour l’aménagement du territoire, en renforçant « la co décision des politiques publiques et en lien intime avec un Etat qui doit assurer solidarité nationale, permanence des services publics et égalité pour tous partout ». L’élu a insisté sur « le droit de chaque collectivité d’être en permanence acteur de son devenir »  en favorisant les coopérations « volontaires » et en offrant des moyens nouveaux d’intervention des citoyens que devraient permettre les « bassins de vie ».

En ces temps de grave crise du capitalisme financier, la question des moyens financiers est entière. « Il nous faut une fiscalité dynamique, principalement lié au secteur économique, des moyens nouveaux pour la formation, l’emploi et les transports. Un rôle nouveau des banques doit être affirmé, c’est incontournable, nous en sommes convaincus » a conclu le Président du groupe.

Le groupe « communiste – Front de gauche » a voté pour le rapport. 

LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES:

Pour François Dumon, « La droite a étranglé depuis des années les collectivités en leur confiant de nombreuses compétences sans attribuer les moyens financiers nécessaires. Aujourd’hui, pour réduire la fameuse dette publique, l’Etat demande 30 milliards d’€uros d’économie répartis en tiers, 1/3 pour les entreprises, 1/3 pour les ménages et 1/3 pour les collectivités. Ce n’est pas aux ménages de payer la crise, mais ce n’est pas non plus aux collectivités de payer la note. Nous savons toutes et tous que les collectivités réalisent 74% des investissements publics, levier important de la relance économique. Les mettre en difficulté, c’est fragiliser tout un pan de l’économie. »

« Nous souhaitons que notre collectivité puisse avoir un budget du renouveau et de la relance de projets sur nos territoires. Ce budget doit marquer une rupture avec l’austérité. L’Etat doit redonner des marges de manœuvres nécessaires à la mise en œuvre de nos compétences obligatoires et à la poursuite de nos politiques volontaristes reconnues utiles et efficaces. »

«  Au lieu de réduire la dépense publique, nous demandons au gouvernement d’augmenter ses recettes, notamment en taxant le capital de la même façon que les revenus. Il doit s’attaquer à l’évasion fiscale dans notre pays qui représente 40 à 50 Milliards d’Euros par an. Pour financer leurs projets, les collectivités doivent bénéficier d’autonomie fiscale plus importante, largement réduite par la droite. Un pôle public bancaire garantirait leur financement pérenne ainsi qu’un impôt territorial des entreprises calculées sur la base des biens d’équipement et des actifs financiers. »

Michel Fradet est quant à lui intervenu sur le Plan Urgence Santé de la Région et notamment sur la situation de l’hôpital du Blanc où la menace de fermeture pèse toujours sur la maternité et une partie de la chirurgie sous prétexte de déficit financier de l’établissement.

Il a demandé de ne pas se fixer pour seul objectif de réduire les activités afin de les "rentabiliser" mais bien au contraire de les augmenter pour tendre à équilibrer un budget devant répondre aux besoins de santé du bassin de vie. 

Cette situation nécessite de « mobiliser toutes les énergies, celles de toutes les institutions, les collectivités, le gouvernement » rappelant notamment l’adoption d’un vœu lors de la séance plénière du jeudi 26 janvier 2012, où le Conseil régional exprimait sa totale opposition au projet de fermeture l’hôpital du Blanc.

«Aujourd’hui, le gouvernement a changé, il serait pertinent de réaffirmer ce vœu avec force, faute de quoi, le risque pourrait être grand de voir persister l’ancienne logique comptable qui, avec le temps aboutira à l’exécution du projet initial rejeté par toute la population.»

LES VŒUX:

Suite à une rencontre avec l’intersyndicale de la Banque de France (BDF), le groupe a déposé un vœu contre le plan de restructuration. Les conséquences dans la région Centre étant importantes : fermetures de caisses de Chartres, Orléans, Blois et Bourges, centralisation de la gestion des dossiers de surendettement et du traitement des bilans, suppression d’emploi…

Ce vœu a été adopté majoritairement par l’assemblée (groupe C-FDG, EELV, PS-PRG).

Un autre vœu, cosigné par les groupes C-FDG et EELV dénonçaient les licenciements boursiers. Les licenciements rythment notre quotidien et la situation continue à se dégrader. C’est le cas notamment avec des entreprises régionales, Doux, Sanofi, Ethicon, Alcatel…

Les élus demandaient au Parlement de voter en urgence un texte visant à les interdire.

Il a été rappelé que l’ensemble des sénateurs de gauche avaient voté une telle loi, proposée par le groupe communiste sous la précédente majorité, rejetée par la droite.

Le groupe PS explique qu’il votera contre ce vœu précisant «que le gouvernement a changé » « une telle loi est compliquée à mettre en œuvre »…

Communiqué de presse du Groupe Front de Gauche du Conseil Régional. 25 octobre 2012.

Publié dans ACTUALITEE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article