Les Ex-Matraciens en marche vers un rétablissement de leurs droits.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Le 4 septembre 2012,  à 14 heures, 360 anciens salariés de Matra  Automobile de Romorantin ont rendez-vous au tribunal des prud’hommes de Blois pour  une conciliation avec le groupe Lagardère, leur ancien employeur.

Grace a une longue lutte, menée par un  salarié M. Alain Lebert, de son avocat Maitre Quinet, et de  la C.G.T. le groupe Lagardère a été condamné en mars 2011 par la cour d’appel d’Orléans pour « non disposition à appliquer en matière de propositions de reclassement ».

Pourtant le Groupe Lagardère avait souhaité à l’époque un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) exemplaire sous tous ses aspects (communiqué de presse du 26-02-2003).

Il aura fallu huit années de bataille juridique pour le requérant …

Quelle exemplarité ?

Forte de cette victoire pour le  respect des droits des salariés, les militants de l’Union Locale des syndicats C.G.T. du Romorantinais ont informé les salariés licenciés  de leurs possibilités de faire valoir leurs droits devant les instances compétentes.

Depuis juin 2011, l’Union Locale des syndicats C.G.T. de Romorantin a réuni plus de 360 dossiers d’anciens salariés de Matra automobile, en vue d’un  recourt au conseil des prud’hommes de Blois.

Montage des dossiers individuels pour une plaidoirie collective.

Ceci dans le but de dénoncer le non respect du plan de sauvegarde de l’emploi, qui a privé des centaines de familles de revenus et de travail.

Ces licenciements ont  plongé, la Sologne, le département de Loir et Cher et les départements limitrophes dans des situations catastrophiques de suppressions  d’emplois indirectes dans le commerce, l’artisanat, la sous-traitance et les services publics. (1 emploi MATRA auto Romorantin créait 4 emplois à l’extérieur : rapport du conseil économique et social de la région centre de 2002)

Au regard de l’actualité nous avons une  pensée pour tous les salariés de  P.S.A., du Groupe DOUX, d’AIRFRANCE, de la RECAM à Nouan le Fuzelier et de l’ensemble des Camarades licencies dans la Vallée du Cher, dont  ceux des Porcelaines Céramique de Touraine (PCT) qui vont provoquer de la désertification rurale.

Ces plans, dits « sociaux », engendrent des suicides, des addictions, des divorces, des  cicatrices longues à refermer ainsi qu’une « désociabilisation ».
A ce jour, au vu des dossiers déposés, très peu des « ex-Matraciens » ont retrouvé  un emploi pérenne.
Quand aux autres, ils alternent entre C.D.D. et contrat d’intérim, ou n’ont pas retrouvé d’emploi depuis 2003.
Ces catastrophes industrielles ont de telles répercutions sur les territoires et sur toute l’activité économique qu’ils seront toujours dénoncés et combattus  par la C.G.T.

Nous sommes et seront toujours mobilisés avec les salariés pour défendre leurs emplois et leurs droits et ce malgré des pressions subies face à l’importance et à l’impacte de ces dossiers.
 
L’Union Locale des Syndicats C.G.T. de Romorantin donne rendez-vous aux salariés inscrits  pour le car sur le parking de la Pyramide le 4 septembre à 12 h00 précise pour un départ à 12h15.
 
Quand aux autres rendez-vous a 13h40 face au tribunal des prud’hommes derrière la halle aux grains a Blois.

L’Union locale CGT de Romorantin.

Publié dans Social-Economique

Commenter cet article