Lutte contre la fraude et l'évasion fiscales : des paroles aux actes

Publié le par Section Pcf Vierzon

Tout le monde en parle, mais elle est toujours aussi importante.

Le gouvernement va déposer un projet de loi courant juin et c'est tant mieux ! C'était une des toutes premières propositions défendue par le Parti communiste et le Front de Gauche lors des élections de l'an dernier.

 

Tous les ans, c'est en effet de 30 à 60 milliards d'euros d'argent public qui s'évaporent avant d'arriver dans les caisses de l’État, autant d'argent qui ne servira pas au fonctionnement des services publics de la santé, de l'éducation, de la sécurité et de la justice, ni à investir dans la construction ou la rénovation de bâtiments publics, d'infrastructures routières ou ferroviaires.

Dissimulé au fisc par d'habiles stratagèmes, cet argent prend souvent la poudre d'escampette vers les paradis fiscaux où il se mêle à l'argent sale de tous les trafics.

 

Chacune le sait : l'évasion fiscale concerne avant tout les plus grosses sociétés et les plus riches contribuables qui profitent de tout ce que l’État met à leur disposition pour favoriser l'activité économique (personnel qualifié, infrastructures de qualité, aides publiques, etc...).

 Un gros travail est à faire pour mettre fin aux « sociétés écrans », lutter contre les paradis fiscaux, augmenter le nombre des contrôleurs du fisc et pourquoi pas supprimer certaines niches fiscales crées par la droite pour légaliser des pratiques auparavant illicites. Nicolas Sansu sera porte-parole des députés du Front de Gauche sur ce dossier. Un travail intéressant pour notre député.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article