Nordine Idir, l’engagement au service des autres.

Publié le par Section Pcf Vierzon

4991717-7454054.jpgNordine Idir a été élu secrétaire national du mouvement des jeunes communistes, première organisation politique de jeunesse, le 18 novembre lors du congrès du parti. Cette nomination vient récompenser le parcours de ce jeune Franco-Algérien qui milite depuis des années pour l’égalité des droits. Portrait« Quand j’ai commencé à militer, je n’étais pas à la recherche d’une carrière, j'étais surtout très motivé ». A 27 ans, Nordine Idir vient d’être nommé secrétaire général des jeunes communistes. Pour ce "pur produit" de la banlieue nord parisienne, cette reconnaissance est une fierté.

De Saint-Ouen à Deuil-la-Barre, ce Franco-Algérien passe une jeunesse classique. Après un bac ES, il débarque à l’université Paris VIII de Saint-Denis. C’est là que tout commence à se dessiner. « J’ai franchi le cap de l’engagement, j’ai pris ma carte au mouvement des jeunes communistes (JC) en 2006 ». Lui qui a grandi dans une ville communiste, se sent comme chez lui à la JC. « Je me suis toujours senti proche de leur combat, je les ai rencontrés dans les mouvements, je les trouvais très dynamiques et très ouverts ».

" On prend la mesure de ce que chacun donne"

Au départ, il observe, prend un peu la parole en réunion, participe aux distributions de tracts, aux portes à portes. Puis il commence à s’investir de plus en plus. A force de donner de son temps, on lui confie des responsabilités. Il multiplie alors les tâches et ne compte pas ses heures.

« C’est un équilibre à trouver, ça prenait bien 2 à 3 jours par semaine ». Sans oublier les cours et le travail. Vendeur chez un grossiste puis assistant d’éducation, Nordine se débrouille pour joindre les deux bouts comme beaucoup d’étudiants en situation de précarité. Une situation difficile qui pousse à la prise de conscience : « On sait que notre engagement a beaucoup de valeur ; les camarades prennent dans leur temps personnel. On prend la mesure de ce que chacun donne ».

En 2008, il intègre le conseil national des jeunes communistes. En 2010, il entre à la direction du parti et intègre le pôle « Bataille des idées ». Deux ans durant, il travaille sur des thèmes qui lui sont chers comme le travail, l’éducation, le logement.

La campagne de 2012 de Jean-Luc Mélenchon, il l’a vécue de l’intérieur. La déception d’avoir fini « seulement » 4ème ? Il l’évacue d’un revers de la main. « Au moment où Mélenchon a été désigné candidat, on n’était même pas à 5%, on a réussi à ramener 4 millions de personnes auprès de nous ».

Sa seule déception est d’avoir vu « Sarkozy et Le Pen aussi haut ». Pour Nordine, « ça fait mal. On s’est rendu compte que monter les gens les uns contre les autres, ça continue à marcher ».

Nouveau secrétaire général de la JC:

Une fois son Master brillamment validé, on lui propose de devenir un permanent au PC. Lui qui se posait pleins de question sur son avenir n’hésite pas longtemps : « Quitte à s’engager, autant le faire à fond ».

Le week-end du 18 novembre, un processus de consultation national est organisé. Son prédécesseur, Pierric Annoot ayant décidé de laisser son poste, l’organisation doit désigner un remplaçant et c’est le nom de Nordine qui sort du lot. « Ça fait plaisir, c’est une grande responsabilité », avoue-t-il.

Pas trop stressé par la mesure de la tâche qui l’attend ? « Non, car je sais qu’il y a une équipe motivée derrière ». Et à raison. La JC sort d’une très bonne période avec 1 500 adhésions cette année. Ces chiffres ont reboosté toute l’équipe qui compte 12 000 adhérents sur le territoire : « On veut atteindre le nombre de 20 000 dans 5 ans et être l’organisation de référence pour la jeunesse ».

En attendant, la JC a des objectifs politiques clairs, avec une question prioritaire, l’emploi. « On trouve que ça ne va pas assez loin avec les emplois d’avenir. C’est toujours la même logique depuis 30 ans, les jeunes sont mal payés avec aucune garantie d’emplois stables derrière ».

Et n’allez pas lui dire que les caisses de l’Etat sont vides, « les richesses existent. Les exonérations rapportent plus de 20 milliards par an et ça ne crée pas d’emploi, vous trouvez ça normal ? On est là pour que personne ne soit mis sur le carreau ».

Très actifs sur les questions de discriminations, de racisme, d’homophobie ou de sexisme, les militants du PC attendent des gestes forts de la part du gouvernement. « Le droit de vote des étrangers doit être appliqué dès maintenant. Pareil pour le mariage pour tous, on n’a pas le temps de tergiverser ».

« L’UE doit faire pression sur Israël »

Alors que le conflit Israélo-Palestinien fait son retour sur le devant de la scène médiatique, Nordine salue le vote de la France à l’ONU, « un point positif », mais ne le juge pas suffisant. « Il faut que la France reconnaisse la Palestine et qu’elle agisse auprès de l’Union Européenne pour mettre fin aux accords économiques avec Israël ». Une vraie solution pour faire pression sur un Etat qui ne respecte pas les droits humains : « Si demain l’UE arrête de faire du commerce avec Israël et applique les sanctions internationales, Israël sera obligé de négocier, de retirer ses colonies et de permettre la création d’un véritable état palestinien ».

En attendant le congrès de février 2013 sur « un communisme du 21ème siècle », les militants tâtonnent et prennent leurs marques avec ce nouveau gouvernement. Habitués depuis « 10 ans à manger que de la droite », le parti doit apprendre à composer avec une majorité de gauche. « On a toujours été dans l’opposition, c’est une dynamique qu’on a pas connu ».

Si la forme est encore perfectible, le fond reste le même. « On veut changer la République et le mode de scrutin pour que les idées soient au cœur des débats, et non les personnes », conclut Nordine Idir, symbole rafraîchissant d’un parti communiste qui a su se renouveler en s’appuyant sur une jeunesse populaire trop souvent négligée par les autres partis.

Par Jonathan Ardines.
http://www.lecourrierdelatlas.com/369904122012France-Nordine-Idir-L-engagement-au-service-des-autres.html

Publié dans JEUNESSE

Commenter cet article