Pour dénoncer "l'impunité" liée aux "crimes industriels", une chercheuse refuse sa Légion d'honneur.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, figurait sur la liste des trente promus sélectionnés par Cécile Duflot, la ministre du Logement. Elle lui a écrit hier pour refuser sa Légion d'honneur. Un geste destiné à attirer l'attention sur "l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".

 

Annie Thébaud-Mony © A.T-M

 "Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité. Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail, le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques..."    

Spécialiste des cancers professionnels, et porte-parole de Ban Asbestos France, une association de lutte contre l'amiante, Annie  Thébaud-Mony évoque également  "la sous-traitance et le transfert des risques vers des populations très précarisées (maintenance, nettoyages, gestion des déchets)" .

La chercheuse dont la carrière a été "bloquée pendant dix ans", plaide enfin pour que la recherche sur l'exposition aux cancérogènes au travail soit dotée des moyens financiers publics nécessaires et que les jeunes chercheurs qui s'y adonnent cessent d'être maintenus dans un statut précaire.

BLOG/PCF Vierzon. 

Publié dans Question d'actualité

Commenter cet article

surmely alain 09/08/2012 13:32


Recherche française sur la voie de la mort lente


Le geste de cette chercheuse en dit long sur ce qu'est devenue la France,un pays qui tourne le dos au progrès des mentalités,un pays qui regarde l'avenir dans le rétroviseur,un pays qui refuse
d'entendre les voix de l'intelligence.L'intelligence est même devenue une faute,une faute professionnelle plus exactement.L'objet d'étude de cette chercheuse qui lui a valu à l'évidence des
déconvenues professionnelles reste tabou,frappée d'interdit.Malheur à celles et ceux qui osent en parler.Honneur à cette chercheuse qui a le courage d'étudier les questions de maladies
professionnelles,de le dire,de le faire savoir.La France,sous cet angle est un pays lourdement handicapée.L'hyper conservatisme (qui fait penser à certains égards à une forme d'arriération
mentale)d'une partie non négligeable des décideurs français est un obstacle de taille pour relever les défis que la France doit relever.