Réactions mitigées à la grève de la faim du maire de Sevran.

Publié le par Section Pcf Vierzon

Le tract du Front de Gauche distribué à Sevran depuis le début de la semaine (Page 1).

Manuel Valls et Europe écologie les Verts ont apporté leur soutien au maire de Sevran, Stéphane Gatignon. Sa grève de la faim débutée vendredi soir pour réclamer une plus grande aide de l'Etat pour sa commune a en revanche suscité une mise au point de Marylise Lebranchu. 

  • Pourquoi cette grève de la faim?

Installé sous une tente devant l'Assemblée nationale, Stéphane Gatignon pense poursuivre sa grève de la faim jusqu'à mardi, afin d'obtenir cinq millions d'euros supplémentaires à l'Etat pour sa commune de 51.000 habitants, enclavée, gangrenée par le chômage et la misère, confrontée au trafic de drogue. "Je dois me battre pour ma ville. Et de l'argent il y en a en Île-de-France: nous sommes dans une des zones d'Europe les plus riches avec des maires qui sont assis sur des coffres-forts, il faut donc partager les richesses."

Alors qu'un débat parlementaire était prévu lundi et mardi sur le sujet, Stéphane Gatignon demande notamment une hausse de 180 millions d'euros, et non de 120MEUR comme le prévoit le gouvernement, de la Dotation de solidarité urbaine (DSU), que verse l'Etat aux communes.

  • Qui sont les soutiens du maire de Sevran?

Plusieurs dizaines d'habitants de Sevran sont venus le soutenir ce samedi matin. Puis, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, est venu lui adresser "un message de solidarité et d'amitié". Il m'"a dit qu'il allait essayer de faire passer des messages au niveau du gouvernement et de l'Assemblée", a déclaré Stéphane Gatignon. 

Des écologistes, tels Noël Mamère, Jean-Vincent Placé et l'ex-candidate Eva Joly, ont aussi rencontré leur collègue d'Europe écologie les Verts. De même que le premier secrétaire du PS, Harlem Désir. Se voulant "à l'écoute de la banlieue qui souffre", le successeur de Martine Aubry à Solférino a expliqué: "Je crois que l'on a besoin aujourd'hui d'une solidarité très forte à l'égard des villes les plus pauvres de banlieue et que cela demande une péréquation plus importante entre les territoires, entre les villes les plus riches et les plus pauvres, en particulier dans la région Ile-de-France", a ajouté Harlem Désir.

  • Quelles sont les critiques à ce geste?

La ministre de la Réforme de l'Etat, Marylise Lebranchu: Sevran, a émis un communiqué afin de répondre aux revendications de Stéphane Gatignon. Elle a précisé que Sevran fait partie des communes qui profitent le plus, en proportion de leur population, de la dotation de solidarité urbaine destinée aux villes en difficulté. "Le gouvernement rappelle l'effort sans précédent de solidarité en faveur des communes les plus fragiles, dont Sevran, qu'il a prévu dans le projet de loi de finances pour 2013 présenté au Parlement", écrit la ministre. 

"Ainsi, la commune de Sevran bénéficiera de plus de 1,5 million d'euros supplémentaires en 2013 au titre de la dotation de solidarité urbaine (DSU). Sa DSU versée atteindra ainsi plus de 9 millions d'euros. Rapporté à sa population, ce montant place la ville de Sevran au 3ème rang des communes de plus de 50.000 habitants bénéficiaires de cette redistribution", a-t-elle ajouté notamment. 

Presse Nationale.

 

Publié dans Dans la presse.

Commenter cet article