La chronique de Charles Edouard DURANT de la PLEINE FOUILLE "LE FEUILLETON de l'ETE" (9 suivants)

La suite...
"Retour de terre hostile – fin"

Marie Véronique, heureuse, me fait des coucous enfantins, elle est parmi une foule dense, je vois ma main répondre à ses signes, je suis en hauteur. Un effet de travelling m’indique que je suis sur une  grande scène au milieu d’une bande qui hurle l’Internationale. Une blonde à lunette veut m’embrasser, autour de moi plein de gens  rient en agitant des drapeaux rouges puis leur rire devient sadique, leur visage se déforme, ils bavent de rage et me frappent avec les manches des drapeaux ! AU SE-COUUURS !!!  Steeve, mon valet de chambre irlandais met fin à mon cauchemar en ouvrant les rideaux.  J’ai une de ces gueules de bois !

Lundi 15 septembre 14 h - Marie Véronique   vient me rappeler que je fais un golf Enghien  avec de la Visslardière, le directeur des titres, ce voyou de Bertrand de Chancefol, mon directeur d’EuroAction et un investisseur belge. Objectif : refourguer au belge mes titres pourris.

Vite ! 2 alkaselzer , 3 guronzan. Marie Véro repasse dans son déshabillé vaporeux. C’est quand je l’ai prise violement  avec des « tiens ! tiens ! tiens ! salope  je vais t’en foutre moi du vigoureux camarade du GERS » que mon  esprit génial s’est mis à bouillonner. Je sens votre impatience  mais  je ne puis vous révéler mon projet. Vous insistez ? Bon daccord. Mais je vous préviens  c’est une bombe révolutionnaire. 

Mon idée part de mon exploration en terre hostile du Bourget. J’ai observé, écouté, senti…Vomi ? Oui, aussi. Me revient en mémoire ce que m’a dit ce Député chez les communistes berrichons. J’ai dit «  le sancerre coule a flot » et lui en écho a dit «  comme l’argent » Vous saisissez ? Mais si voyons «  l’argent coule à flot » comme dit Patrick ARTUS, ce brillant économiste.

Mon cerveau dopé par le  guronzan et les cris de Marie Véronique marche à toute vitesse. Je fais des comptes. Certes , j’ai dépensé 6 000 euros et Marie Véronique, 12 000, à la fête de l’HUMANITE, mais j’ai vu aussi qu’un casse croute merguez à 2 euros multiplié par 500 000 visiteurs, avec 2 euros le sancerre 3 euros par ci 10 euros par là, les repas, plus les gadgets, les huitres etc etc… que 20 euros d’entrée  fois 500 000 si on compte …..ça fait…beaucoup de fric. EN –TROIS –JOURS !!!! Ils sont forts ces communistes. Et  pas de charges salariales pour le personnelle. Tous bénévoles. Je ne compte pas non plus les retombés économiques sur les boulangers les vidangeurs les glaciers bouchers charcutiers limonadiers et autres prestataires.

Eh oui chers amis , à la fête de l’HUMA,  l’argent – coule -  à -  flot. Je vais donc envoyer quelques pubs à l’HUMA ce qui me permettra d’inviter son Directeur au Fouquet’s….Non, plutôt dans un khebab  à Saint Denis. Je lui proposerai de créer une holding « Fête de l’HUMA ».  Et mon idée ne s’arrête pas là car  quelques millions d’euros, pour moi équivalent a mes revenus mensuels , alors pensez donc. Mais nous ne ferons pas la fête sur 3 jours , mais sur une semaine puis 2 puis sur 1 mois ! Vous imaginez ?  8 à 10  millions d’euros de chiffres d’affaire multipliés exponentiellement ??  Et nous ferons rayonner notre produit au-delà, par exemple, nous lancerons une grande campagne de pub avec des stars, des grandes personnalités, imaginez BUSCH avec son sourire niais et ses petits yeux méchants dire « I like ze fête of  l’oumanity. Véné faire le ffêête  with french communists ». J’ai sans problème l’appui de mon ami LAGADERE ( lui, quand y a du fric à faire…)

Oui mes amis , voila mon idée géniale : la fête de l’HUMANITE cotée en bourse.

Je vous tiens au courant. Vous le constatez, l’activité économique est

entre de  bonnes mains.

                                                                         Votre Charles Edouard

La suite...
"Marcel"

Mon valet n’eut pas le temps d’annonce le visiteur que nous entendons : « jour m’ssieur dame. Chui Marcel. Cécel pour les camarades. J’viens r’mette la carte au camarade Charles Edouard ». Ah merde !! J’avais oublié. Mais dans quelle galère j’ai été me mettre !!!

Ce …Cécel le mégot au coin de la bouche envoie sa casquette en arrière avec un regard circulaire en disant «  bin mon Charlot, t’attache pas ton chien avec des saucisses. Ta cotise va être salée. T’es not’ nouveau DOUMENC. ». Cécel n’est pas du tout le genre « Espace Collectivité ».

Plutôt au barbecue du BERRY. Je veux l’arrêter pour lui dire que J’AI la carte du parti , mais  je repense que le 15 septembre, à 4 heures du matin devant la porte de notre hôtel particulier fermé et désert, de colère j’ai piétiné et  cassé cette fausse carte du PCF.

Je feinte «  bonjour mon cher Marcel, mais j’ai DEJA ma carte, seulement je ne sais plus ou je l’ai mise » Seulement voila , je suis tombé sur des types qui ont encore le sens de l’organisation pour être efficace.  

-  Ah bon ?  Pourtant tu  figures pas sur la liste des adhérents. 

Je feinte encore. Comme j’ai des projets il faut que je me mette bien avec les cocos

- mais si mais si , demande a Marie George. Désolé mais je dois partir…

- tiens pendant que je te tiens t’aurais pas des trucs à refourguer  au s’cours pop ? 

- …..le secours pop ???....ah oui voit ça avec Steeve mon vv…copain. Salut camarade.

J’ai envie de rire en pensant que je peux leur refourguer quelques titres pourris. Ca mettrait les cocos définitivement sur la paille.

-  dis don pendant que j’t’tiens encore, ton  PICASSO, là, la  Cabesa de murer…..

 Ah non ! pas mon PICASSO !! Ils m’ont envoyé un prolo cultivé. Les pires !

- ...t’en fais quoi ?

- attendez Marcel , vous n’imaginez pas que je vais  donner un PICASSO à une bande de va nu p…de gens qui vont le confondre avec un gribouillis d’enfant.

- non mais on pourrait l’exposer pour attirer du monde a not’ brocante de dimanche. Bon

   enfin c’est toi qui voit.

C’est tout vu mon bonhomme. Manque pas d’air le Marcel.

Marie Véronique passe. Marcel la regarde avec concupiscence..

-   jour m’dame….

-  Charles Edy présentez moi à votre camarââde.

Je bougonne :

-  Mmm ? Camarade Marcel. Grace à toi dailleur.

Marie Véro tend sa main pour qu’il l’a baise, je me dis que ce rustre va la secouer , Marcel embrasse la main et en profite pour lorgner dans le décolté.

-  Bon je vous laisse je dois filer. Steeve ! Vous, tu t’occupe du camarade ?

Steeve me répond «  oui camarade » avec un grand clin d’œil.

Ouf !  et faut que je trouve un truc pour qu’il ne remette plus les pieds ici. Le concierge va m’entendre. Quel culot ce Marcel.

2 jours après Marcel entre. Je n’ai pas envie de finasser.

- écoutez Marcel je dois vous dire que ….

- ouai ouai je sais je sais. C’est le camarade Steeve que je viens voir. Lui au moins c’est un vrai  travailleur exploité. J’ui apporte son timbre.

C’est pas vrai ! Il a fait adhérer mon valet de chambre au PCF ????  Un communiste va  vider les poches de mes costumes , mettre mes caleçons et chaussettes au sale, m’apporter mon petit déjeuner au lit ? Je m’offusque mais il me coupe :

-  et je viens chercher  Marie Véro

Et il appelle ma femme Marie Véro…. Quel culot…

-  vous savez mon épouse est très conservatrice et d’éducation très catholique.

-  Je sais c’est pour ça qu’elle nous donne un coup de main a notre soupe populaire. Elle a du cœur elle au moins. Pour les gens  que les vôtres jettent à la rue.

-  C’est est trop ! JE NE VOUS PERMETS PAS !!! JE VOUS PRIS DE ….

Marie Véronique fait un déboulé toute  pomponnée avec un théâtral :

-  aaah cher Marceeeel !! y allons nous ? Je suis toute excitéééé. Bonsoir Charlot.

Vous avez entendu ? Elle m’a appelé « Charlo » et pas son Charles Edy. Ils vont me la contaminer ma parole !!

Ils se font la bise et  Steeve ferme la porte sur eux.  Mon regard tire une roquette à travers la porte. Mes yeux rechargent immédiatement pour Steeve.

Je lui dis qu’il me déçoit, et de quoi peut-il se plaindre,  ce à quoi il me rétorque.

- si monsieur veut bien reconsidérer mon salaire , mes jours de congés un 13ème  mois et  mon adhésion a une mutuelle.  A la votre si possible Monsieur.

Je boues intérieurement ne voulant pas lui laisser le plaisir de me voir  craquer.

- c’est tout ?

- Oui Monsieur. Ah,  si monsieur voulait engager sans délai des négociations pour mes 35 heures nous avancerions positivement vers des compromis avantageux dans un esprit de coopération.

M’énerve avec son flegme britannique. Il me fait penser à NESTOR le valet du Capitaine HADDOCK. Je vais t’en donner moi de la coopération.

-  une dernière chose Monsieur. Marcel propose très judicieusement que votre abonnement  à l’HUMANITE  soit transféré  sur mon courrier personnel. J’espère que vous n’y voyez pas d’inconvénient ?

Incroyable et en plus je vais lui payer son journal. Remarquez je m’en moque , il n’y a pas les cours de la bourse dans L’HUMA.

Quand je pense que moi, spécialiste de la guerre froide contre la place du Colonel FABIEN, que j’ai fait partie des plus grandes officines anti communistes, la Trilatérale, club de l’Horloge, moi qui déjeune avec BHL chaque semaine qui tutoie le Président, qui a  financé les campagnes de MITTERRAND et de LE PEN  et un ….Cécel vient me pourrir cet édifice ???  Ah c’est comme ça ? J’ai viré mon chauffeur , le valet va suivre. Et bientôt la concierge.

A propos de l’huma et de la bourse, il faudra que je vous parle de mon projet.

                                                                                               Charles Edouard

La suite...
"Une journée avec 2 loosers"

Mes amis, j’avais promis de vous tenir au courant de mon projet de mettre la Fête de l’HUMA en bourse. Ma société  BLABLA COM a négocié quelques pubs avec l’HUMANITE. La directrice, Sandy que vous connaissez, m’a arrangé un rendez vous avec le Directeur. Elle a réservé dans un kebab (appartenant à une chaine ou je suis actionnaire majoritaire). Le problème. C’est  une chaine d’établissements de luxe. Quelle gourde cette Sandy. Bref, le Directeur de l’HUMA est là, il est accompagné d’un collaborateur. Alors lui, il m’a tout de suite mis mal à l’aise. Un certain

Prospère PIGNON…. PIGNOUX….. MIGNOUX….. enfin bref. D’abord il m’écrase les doigts et son  regard me tétanise. C’est le genre de type qui te regarde droit dans les yeux sans cligner des paupières qui vous scrute et sait déjà ce que vous allez lui dire.  S’il continue il va apercevoir le fond de mon caleçon et découvrir que c’est un YSL.

Je leur passe de la brosse à reluire à m’en luxer l’épaule. J’ai hâte d’en finir avec la pub pour en venir à mon projet.

Allé je me lance. J’expose ils m’écoutent. L’autre le jeune m’agace à me fixer comme ça !  Le directeur me dit

-  c’est bien joli tout ça mais nous n’avons pas d’actionnaire à rémunérer.

Je lui rétorque que je sais que dans le capital de l’HUMA il y a mes amis LAGARDERE et TF1 et d’autres. J’apprends qu’ils financent le capital de l’HUMA sans être rémunéré. Incroyable ! Pourtant, c’est deux là, quand y a du fric à prendre…. Ils sont fous ou quoi ! Ils gâchent le métier.

Je demande à considérer que mon projet est autre chose que ce qu’apportent ces 2 loosers. J’expose dans le détail mon plan. Le directeur m’arrête et me dit :

- vous devez considérer aussi que ce sont les militants communistes, et en toute liberté qui montent,




Démontent et animent  80 % de la fête.

Croyez vous qu’ils seront d’accord pour travailler  bénévolement pour  une entreprise cotée en bourse ? N’est ce pas Silvère ?

Silvère ! C’est ça !  Ce Silvère dit avec un sourire narquois :

- ce n’est pas moi en tout cas qui irais dans les fédés et sections pour leur demander. Et même si je voulais, je veux rester en vie.

 

Ainsi l’ouverture du capital privé ne pourra entrer dans la Fête de l’HUMA à cause de ces 2 loosers qui ne veulent prendre aucun risque. J’ai sorti une dernière carte : Créer une fête de l’HUMA parallèle en m’appuyant sur les  refondateurs rénovateurs et autres dissidents. Ils se sont regardés en ricanant :

 

- GAYSSOT et MARTELLI derrière un barbecue, vendant des merguez. Tu vois ça d’ici ?

Monsieur de la PLAINE POCHE….

- FOUILLE.

- Excusez-moi. Votre idée est originale. Dailleur je crois que nous avons un camarade dans le BERRY qui va se faire un plaisir d’écrire là-dessus…..

- Oui je suis au courant qu’un petit rigolo s’amuse à écrire des chroniques en mon nom. Vous pourrez lui dire que je ne le trouve pas drôle du tout

- ….. mais votre idée n’est pas réalisable. Par contre si vous voulez financer le stand  du SPF ou les sanitaires…..

      
- Je pourrai peut être récupérer mes lunettes ? (*)

-  Pardon ?

-  Non rien, laissez tomber.

-  où faire un don au journal  votre investissement sera le bienvenu.

-  Et ça me rapporte quoi ?

-  Rien du tout.

-  C’est un plaisir de faire des affaires avec vous

-  Par contre nous pouvons  faire un dossier d’investigations sur votre groupe et vos pratiques financières. Cela vous fera de la pub.

-  Je doute que vous ayez un  journaliste  compétent  pour mener une telle enquête.

-  Nous les avons. Et en plus,  aidés de certains de vos salariés. Nous serions intéressés par le point de vue d’un banquier qui a  bénéficié du plan de sauvetage des banques. 
QUOI ?? Ainsi j’aurai des salariés communistes ?  Des DRH peuvent préparer leur lettre de démission. Pas être foutu de flairer un coco ? 

LE HYARIC  sortit sa carte bleue, signifiant ainsi qu’il mettait fin à notre entretien. Mesquin, je le laissais payer. Bien fait !

Dehors , cet imbécile de chauffeur gara la ROLLS juste devant nous. Un dernier espoir me pousse à proposer :

- je vous dépose ?

- non merci nous préférons marcher

MARCHAIS !!! Quel horreur !   Décidément,  une mauvaise journée.

- On se téléphone et on déjeune ?

Voila ma journée perdue avec 2 loosers. Pas étonnant que les communistes soient sur le déclin.

                                                                       Votre Charles Edouard

(*) ma chronique immersion en terre hostile 2


La suite...
"Fète"

Chers amis,

Je vais vous rendre compte de notre soirée de bilan pour les défis que nous étions lancé et qui m’a conduit à la Fête de L’HUMANITE. Mais je dois vous prévenir, les lignes qui vont suivre sont déconseillées pour les personnes sensibles aux fortes émotions. Oui votre Charles Edouard a connu des moments très difficiles et j’ai envié les SDF les RMIstes et chômeurs.

Quelques jours après nous être lancé  nos défis, nous réunissons nos amis. Nous leur rendons compte de notre journée a la fête de l’HUMA. Ernest Antoine est toujours à CUBA. Il nous écrit qu’il est persécuté par la police politique de CASTRO, mais il a perdu car Marie Véronique a trouvé dans un magazine pipol, une photo le montrant sur une plage entrain de se dorer la pilule avec 2 jeunes et jolies cubaines.

Obtins-je  le succès mérité. ?....Oui. Marie Véronique aussi.  J’exhibe fièrement nos trophées , le tee chirt  Ché Guevara, un verre à sancerre et surtout nos gobelets recyclables « Fête de l’Humanité ». Nous  en avons volé 12 aux cocos. Marie Véronique veut parler de son trophée du GERS mais j’y coupe court.  Nos amis s’exclament et applaudissent. Jean Bertrand est contrarié car il a des actions  Veolia. Ca fera 18 000 euros les tonnes multipliées par 30 à recycler de manque à gagner. Tans pis il va retirer ses actions Veolia pour investir dans la fabrication des gobelets. Notre ami député (UMP bien sûr) me prend à part pour me dire son étonnement concernant un contrat de 50 millions d’euros avec 2 villes communistes et 2 départements  pour la construction de piscines, de réseaux câblés, de financements d’équipements divers. J’éclate de rire. Vu la tête que fait le député, je cesse de rire. Et en plus j’aurai signé pour notre filiale Daxié, des conditions d’échéances emphytéotiques. Ma main tremble, mon corps s’engourdi, tout tangue autour de moi, je perçois au loin les invectives de ma femme pour son tapis persan 14eme siècle.

Steeve est au dessus de moi et me ventile

-  ca va camarade ? 

-  non mais dites donc !!! je vais vous en foutre moi des camarade ».

Je bondie et  m’enferme dans mon bureau je réveille le directeur général de Daxié. Trop tard, tout est fait dans les règles et les opérations sont lancées. Oh la boulleeeette ! Ils m’ont fait picolé a la fête de l’HUMA et signé des contrats à la con. Je me disais aussi, ce forum d’hommes politiques, d’élus, d’hommes d’affaires chez les cocos…. Mais comment ! Moi Charles Edouard DURANT de la PLEINE FOUILLE , j’ai pu me faire …Pourtant en matière de tractations et  négociations crapuleuses j’en connais un rayon. Les  actionnaires vont m’écorcher vif, retirer leur billes, le groupe va s’effondrer. Si vous aviez vu votre Charles Edouard, la détresse totale. Je regarde le tiroir ou est ranger le vieux  P 08  MAUSER  1940 de mon grand père. Je le caresse avec émotion en m’imaginant flinguer les cocos qui m’ont fait signer ces contrats. Puis soudain,

 PAN ! Tout le monde  jailli dans mon bureau , Marie Véronique m’implore, je la rassure tendrement :

-  Fais pas chier !! C’est ce con de flingue qui est parti tout seul !! »

Elle quitte la pièce en éclatant en sanglot et  parlant de la gentillesse de Marcel. Mes amis me regardent soulagés

-  allé Charles venez nous raconter la suite de votre exploit.

Je suis fou de rage et je disjoncte :

-  oui bin mon exploit c’est ça ! j’ai signé 50 millions avec des villes cocos. VOILA MON EXPLOIT !!!!  CINQUANTE BRIQUES CA A DE LA GUEULE CA AU MOINS C’EST LA CLASSE!!!   AH C’EST AUTRE CHOSE QUE DE SE BRONZER LE CUL SUR UNE PLAGE  A CUBA !!! OU D’ETRE LA RISEE EN SE FAISANT JETER SUR LE TROTTOIR PLACE DU COLONEL FABIEN OU DE SE DEGONFLER POUR  ALLER AU BOURGET !! ET JE VOUS EMMERDE !!!!

Joël Philippe ne me rate pas. Le salop.

-  Mon pauvre Charles Edouard. tu vois on te l’avait bien dit qu’en cas de danger on ne pourrait rien pour toi.

Et voila mes amis, en ce moment je suis un peu seul. J’attends avec impatience Marcel. Lui au moins ne laisse pas les camarades dans les grands moments de solitude. Et il n’est pas intéressé. Sauf pour le PC.  Marie Véronique me tanse souvent de l’avoir  éconduit.

Moi je déprime alors que  Marie Véronique est de plus en plus primesautière et elle n’a plus de migraine.  Je me pose des questions.  J’éclate en sanglot quand j’imagine Marie Véro se faire culbuter à la fête de l’HUMA.

Marcel enfin arrive. Ah brave Marcel. Lui au moins m’écouter mais ce sera ma prochaine chronique.

 

                                                                                  Charles Edouard

La suite...
"La misère n’est pas que chez les pauvres."

Chers amis , ma chronique est bien entendu empreinte d’une indicible souffrance. Après des années de travail acharné d’un déploiement d’énergie digne d’une centrale nucléaire, d’accumulation de richesses, j’ai voulu rencontrer mes ouvriers pour leur annoncer mes difficultés à satisfaire mes actionnaires qui ont investi dans l’entreprise.

   

Voila comment je suis remercié.

Et ça vous fait rire ?

Voyant cette image qui incarne la déchéance de l’entrepreneur mes actionnaires m’ont lâché aussi. Et pourtant dieu sait si je les ai chouchouté. Juste avant la prise de ce cliché je venais de leur annoncer que leurs dividendes seraient record. Si j’avais su j’aurai embauché un  américain juste pour recevoir la vindicte de la populace, cette meute d’ouvriers toujours à se plaindre et qui ne comprennent rien au management d’une grande entreprise. Mon Directeur a démissionné dès que je lui ai demandé d’aller les voir. Le lâche. J’ai dû, moi, PDG du groupe  m’abaisser à cela. Toutefois, une petit consolation : sur la photo un méchant ouvrier me lance à la figure un drapeau. Il est bleu ( le drapeau. Pas le syndicaliste). L’honneur est sauf car il aurait pu être rouge venant  d’un militant  de la CGT ce qui aurait été un symbole fort des bolchéviques sur le grand patronat.

Non, ce drapeau est celui d’un syndicat avec qui nous avions fait du bon travail. Il avait signé le retour au 40 h, l’abandon des RTT  et de primes, en contrepartie ils avaient toute ma considération. Et maintenant ils me jettent des  objets à la figure ? Quelle ingratitude.

L’œuf ? Non, j’ai des témoins, il vient  des communistes bien sûr. Cela ressemble bien à leur méthode de voyous ou la violence prime. Dailleur si je me tiens le visage c’est parce que l’œuf est arrivé en bout. Et ça fait mal. Ca vous fait rire ?

Mais mon calvaire fut aussi lorsque me repliant vers la direction, j’ai trouvé  les couloirs et bureaux déserts. Puis les cadres sup et directeurs de tout et de rien sortirent de dessous les tables lentement. C’est sur eux que je me suis défoulé. J’en ai viré 4 sur le champ, licencié 3 immédiatement et j’en ai giflé 2. Et le calvaire continue avec la culpabilisation.  De  fermer l’usine ? Non. Je culpabilise d’avoir recruté  des cadres,  une bande d’incapables à gérer une crise, à faire passer les messages , à  venir démonter une machine la nuit et la charger dans un camion, à éliminer les communistes, de ne pas pousser au départ volontaire des ouvriers (sans prime ni indemnités. Et puis quoi encore.) de ne pas avoir le courage de venir autour de moi  au moment d’affronter la foule. Bien sur le directeur adjoint,  Philippe  Justin de la TROUDUQIERE,  ce serait fait lyncher tellement il est détesté par le personnel.

Il y a aussi le directeur commercial, un copain de mon fils sortant de HEC. Quand je pense que le lendemain de son embauche il venait en Porsche à l’usine. Moi, à mon époque j’ai dû attendre 6 mois pour m’offrir ma première FERRARI. Ah les jeunes qui nous remplacent vont manger la grenouille comme disent les prolos.

Pour me détendre, je suis allé à NEUILLY sur SEINE …..     
….déambuler au jardin d’acclimatation, voir les animaux, comme lorsque j’étais enfant accompagné de mes nourrices et  préceptrices les jeudis.

C’est la ou j’ai connu celle qui deviendra mon épouse, Marie Véronique. Quand elle a vu la photo de mon martyr, ( parce qu’elle lit l’HUMANITE DIMANCHE (*)  elle a eu ses vapeurs. Je lui ai fait croire que le crâne entouré de cheveux blonds  était celui de Brice HORTEFEUX. Elle a compatie en ajoutant que le jaune d’œuf était bon en shampoing  pour cheveux blonds.

Je dois vous dire aussi que j’envie mon collègue de PONTOUX  que les prolos communistes ont séquestré. « Séquestré » ! Ca c’est la classe, ça c’est médiatique ! Mais se prendre un œuf  sur la tête…..Et j’en ai assez que mes enfants bouffent de rire à table. 

Voila mes amis, comme vous le voyez la vie de PDG et d’actionnaires n’est pas de tout repos.

                                                                                                            Votre  Charles Edouard

(*) voir mes précédentes chroniques

La suite...
"Adresse à mon créateur"

Mes  amis,  ma chronique d’aujourd’hui ne s’adresse pas à vous mais à mon créateur. Vous pourrez juger que cet individu  sous estime les représentants de ma classe sociale, que ces propos ne sont que calomnie et mensonges.

Monsieur

Ayant pris connaissance de ma dernière chronique, je vous exprime ma colère et mon courroux

( non ! pas « coucou » je n’ai pas envie de plaisanter ). C’en est trop ! Donner au public cette image me montrant prendre un œuf en pleine figure est humiliant et dégradant.

J’ose espérer également que la photo de porcs n’est pas une allusion à mes amis bénéficiaires du bouclier fiscal de NEUILLY sur SEINE ?

Et en plus vous me faite passer pour un con. Je ne vous  permets pas non plus de donner, de mon épouse, l’image d’une bourgeoise bêtasse et ayant la cuisse hospitalière  avec ce rustre de Marcel, un rouge digne de la dictature du prolétariat. Je vous informe au passage que dans un grand moment de détresse il m’a laissé tomber pour dévoyer Steeve mon valet. A cause de vous, Steeve est au chômage. Je l’ai  viré. A propos de Steeve si vous le voyez dans votre manifestation du 19 mars dites lui  que je ne porterai pas plainte pour vol de mon abonnement à un quotidien car je ne vous ferai pas le plaisir de vous  moquer de moi  au tribunal. Dailleur je ne vous ai rien demandé, vous m’avez imposé cette abonnement  à l’HUMA dans vos délires créatifs.

Mais j’appartiens à une classe ou il existe aussi la solidarité. Je reçois chaque jour des messages de soutien de mes amis UMP ou grands patrons, actionnaires, de mes amis comme Brice que vous avez mis entre vos fourches caudines, des amies de Marie Véronique comme Roselyne qui fait tant pour la santé en désengorgeant les hôpitaux d’oisifs et de faux malades…

de Christine qui a la lourde charge du logement.  Et je vous ne me ferai pas dire qu’il y a autant de mal logés aujourd’hui qu’à son arrivée au ministère du logement. Et je vous porte l’estocade : Je reçois un message de soutien de mon ami Patrick BALKANI, celui du Président ne saurait tarder. Vous ne pouvez pas en dire autant. Tous sont outrés par les propos que vous me faites tenir.

Sachez monsieur que l’élite de notre société dont je fais partie résiste aux mensonges et à la calomnie. Par exemple, est ce  humain de traiter mon ami Bernard TAPIS comme le faites ?

Et ce pauvre  Thierry MORIN, n’a-t-il pas mérité sa rémunération ? Et 3 millions d’euros, franchement , qu’est ce que 200 briques. Mon petit yacht à La Rochelle ?  Mon  relais de chasse en BAVIERE ? Et tout ce bruit pour  un petit bateau, pour une bicoque de montagne, pour 2 ou 3 de mes automobiles ?  Je vais vous dire le fond de ma  pensée : vous  êtes jaloux. Vous êtes  jaloux  parce qu’à 50 ans,  vous n’avez pas de ROLLEIX.

Mais je suis d’accord avec votre copain le Député européen, comment s’appelle t-il , il n’a même pas un nom bien français FLUTZ….WURTZ ! Je suis d’accord avec lui lorsqu’il dit que vouloir moraliser le capitalisme c’est demander a un pit bull de se comporter comme un Saint Bernard. Cela veut dire , monsieur que nous incarnons la force la puissance et le pouvoir. Cela veut dire aussi que je ne me laisserai pas ridiculiser longtemps encore , je saurais me défendre.

A bon  entendeur….. Je ne vous salue pas.

                                                                                   Charles Edouard.

La suite...
"Relance mondiale"

Chers amis, mes doigts sont frénétiques sur le clavier  pour  exprimer  ma joie après le G20 et le sommet de l’OTAN.

Il faut l’avouer, mes amis et moi, pilier de la puissance financière étions extrêmement  inquiets pour l’avenir de notre système économique basé sur l’accumulation et la concentration  des richesses et le non partage…… ? Ah, je saisie. Comme vous pas tout comprendre, moi y en a  expliquer  simplement. G 20 avoir donné beaucoup de sous à nous  et OTAN, grande armée pour mater rébellion si vous pas content ou si vous faire régime partageur avec vilains communistes qui veulent me prendre  usines et fortune.

Voila en quelques mots les 2 grands évènements de cette semaine. Ils renforcent notre stabilité et notre puissance. Et le pays s’y retrouve puisque j’ai créé des emplois. J’ai embauché un gardien jardinier plombier régisseur pour ma propriété de Sologne. J’aurai voulu qu’il soit aussi cuisinier mais il m’a proposé sa femme (ces gens là quand vous donné la main ils veulent le bras ) Dans ma grande générosité j’ai accepté, en contre partie ils logent dans les anciennes écuries qu’ils rénovent. Ils me paieront aussi un loyer et ils toucheront une allocation logement. J’ai aussi remplacé, Steeve mon valet irlandais. Soucieux de donner une chance à des pauvres j’ai embauché un pakistanais, Abdul. Il m’a demandé d’embaucher sa femme. ( eux aussi , quand vous leur donner le doigt ….). Après tout, 2 pour le prix d’un. Et comme il est musulman pas de danger qu’il adhère au PCF et qu’il me balance à Marcel.

Comme je cherche un chauffeur, Abdul m’a proposé son frère Oussama. J’ai hésité car il ne veut pas couper sa barbe. Tant pis  je lancerai l’idée qu’un domestique barbu est du dernier chic. Comme il est intégriste il n’écoutera pas ma femme et il  me racontera tout ce qu’elle fait. Comme il est méchant comme la gale quand il entend le mot «  communiste », je pourrai  faire en sorte qu’il corrige Marcel. Seulement Marcel est bâti comme un 2ème ligne.

A propos de Marcel, je l’ai aperçu avec Steeve distribuant des tracts contre le G 20 et le sommet de l’OTAN sur le boulevard.

 

 

 

J’ai derechef, appelé un ami à l’intérieur qui a aussitôt dépêché un escadron de CRS. J’ai ordonné à mon chauffeur  de se garer à proximité pour rire un peu. Voir Marcel se faire matraquer ? Quel pied !  Mais le gradé des CRS m’a lancé un jovial :

-  vous avez vu Monsieur ? on a fait vite n’est ce pas ? »

Entendant cela, la bande  de communistes s’est  précipité vers moi. Une petite vielle a cassé le rétroviseur d’un coup de canne, mon chauffeur  a le nez comme une aubergine,  j’en suis quitte pour une casquette et  ma  voiture est endommagée. Les CRS  dégageant mon véhicule d’une grappe de communistes ont loupé leurs coups de matraque, la ROLLS est toute cabossée. Tan pis je dirai que moi aussi j’ai fait de la Résistance altermondialiste. Ca peut servir à la Libération.

Je dois vous donner des nouvelles de Marie Véronique. Les communistes me l’ont pourri. Elle ne veut plus de domestiques, encore moins d’une femme de chambre pakistanaise. Elle parle d’exploitation et autres niaiseries infantiles.  Elle est autonome et libérée comme elle dit.  

N’empêche mes amis, c’est une grande semaine. Je vais toucher grâce au plan de relance en France, une autre fois au niveau mondial, j’ai bon espoir pour une relance européenne. Mes actions remontent en flèche la police me protège, matraque les cocos, et l’armée mondiale veille sur mes intérêts. Quel bonheur.

A bientôt

                                                                       Charles Edouard.
La suite...
" Moraliser le capitalisme."

Chers lecteurs, je dois avouer un désaccord de fond avec mon ami Nicolas sur la moralisation du capitalisme. Je ne dirais pas comme veut me le faire dire mon créateur, que ces propos sont pour vous enfumer, mais il faut reconnaitre que la réalité est bien plus complexe que la morale.

Je vous le dis sans détour,  il m’est impossible d’adopter un  comportement et des pratiques basés sur une morale de partage et d’égalité. Je défends l’idée que l’Homme est dans une guerre perpétuelle pour survivre et pour être le plus fort. Dans ce cadre moral, je ne puis me laisser attendrir par les plus faibles ou ceux qui veulent me prendre ma fortune. Et je  le dis aux communistes «  Ne vous fatiguez pas camarades,  mes amis se chargent bien d’essayer de me voler ma fortune ». Preuve que  notre monde est une jungle. J’aime mon prochain quand il est comme moi, méchants magouilleurs et égoïstes. Vous voyez, la morale la dedans…..

Ensuite mécaniquement, notre système  est antinomique avec la morale.

Lorsque je réunie mon staff et mes traders, nous adoptons une morale de compétiteurs pour tuer…. pardon, des opérations. Me voyez-vous retenir mes traders parce que nous mettrions quelques centaines de salariés au chômage ?


Autre simple exemple : J’ai racheté avec mon hedge fund une entreprise qui avait été auparavant dégraissée de la moitié de son effectif, puis j’ai dégraissé à nouveau faisant monté de prix de l’entreprise et que j’ai revendu  encore plus cher. Une plus value de 200 %. C’est pas beau ça ? Avec la morale, comment ferais-je pour réaliser une telle plus value ? Comment ferais-je pour rendre aux actionnaires les fonds qu’ils ont investis dans le rachat de cette entreprise ? Autrement le pays serait dirigé par des gens comme ces 2 loosers qui n’ont pas voulu de mon idée de mettre la Fête de l’HUMA en bourse.

Mais rassurez vous mes amis, de la morale, j’en ai. La preuve, j’envoie Marie Véronique à la  messe chaque dimanche, j’ai des amis dans la haute hiérarchie catholique, je fais des dons, de temps en temps j’envoie mon chauffeur donner 1 euros à un feign…clochard, j’aimerais bien faire plus mais on ne peut pas me demander d’être  communiste, ceux que mon grand père et mon père appelaient avec une pointe de mépris « les partageux » ou « les salopards » ces ouvriers avec leurs enfants qui venaient sur nos plages en 36. Et vous savez comment a été remercié grand papa. Dessaisi de ses  biens et condamnés pour collaboration. Père, lui, s’engagea le 5 juin 44 dans un maquis. FFI bien sûr.

Non vraiment, mes amis, ne croyez pas cette histoire de morale capitaliste. Le monde est ainsi fait et notre système a des règles, dures et impitoyables certes mais, c’est comme cela qu’il survit. Nous n’avons pas le choix. Mais notre système permet à des gens exceptionnels comme moi de réussir. De ce point de vue, je suis d’accord avec mon ami le Président.

A bientôt chers ami

                                                           Charles Edouard

La suite...
" L’aveu"

Chers amis, je voudrais que cette chronique reste entre nous et que surtout, mon créateur n’en ait vent car il se précipiterait pour me tourner en ridicule.

Ce matin, très tôt, vers 10 h 15,  Abdul m’a apporté mon petit déjeuner au lit et la presse. J’en profite pour lui demander quand corrige t-il  Marcel. Abdul  est  courbé en bon serviteur qui craint la colère du maître. « J’y pri Allah m’ssiou ». Je vais lui en  faire voir moi des prières….

Pour revenir à mon analyse politique, je dois avouer que ma vision du paysage politique français me déprime.  Mes amis de l’UMP sont dans la panade. Ils se taillent des croupières pour être soit tête de liste soit pour ne pas y être du tout. Je les comprends car le message politique est difficile à faire passer. Mme DATI se ridiculise en exposant sa conception du travail de l’eurodéputé, BARNIER évite les paysans et pêcheurs ( après tout pourquoi serais-je le seul à recevoir des œufs), des flics adhèrent à la CGT , la politique écologiste ressemble à la coupe de cheveux de son ministre, seul un petit groupe de médecins courageux soutiennent la loi de notre amie Roselyne, et pauvre Christine qui doit éjecter les couches moyennes inférieures du logement social. L’apocalypse vous dis-je.                              

J’espère que Monsieur COHN BENDIT va collaborer, il doit surement avoir quelques beaux restes de son expériences de subversion insurrectionnelle.

Certes les sondages donne l’UMP en tête aux européennes, mais mon pessimisme tend  à penser que cela  va exciter les oppositions. Quand je dis « oppositions » je ne parle pas du PS

Je parle des salariés et citoyens mécontents.
Très mécontents.                                          

Je me demande si on ne devrait pas perdre et laisser l’opposition se dépatouiller avec ce cahot. Mais là encore, quand je parle d’opposition je ne parle pas des mécontents, je parle du PS. Seulement, appartenant à  des cercles confidentiels bien informés, j’ai ouie dire qu’il ne tient pas a prendre le pouvoir. Comme je le comprends avec sa schizophrénie en rougissant le discours mais assumer leurs implications dans les traités, en particulier celui de LISBONNE  ( je ne voudrais pas être à leur place ) et en plus, ils n’ont rien à dire. 

Pour couronner, plus mes amis du lobby de la comm sortent de bons sondages pour notre président, plus il est mal vu.  Je crains que les 2 ou 3 cents CRS et gardes mobiles à chacune de ses sorties ne suffisent plus. Doit-on lui suggérer une Sarkomobile ?

Mais le pire est que dans ce paysage politique, il y a un fait nouveau et c’est là ou je ne souhaite pas que l’autre là, qui écrit à ma place le sache car je fais un  aveu : Le  Front de Gauche  donne une nouvelle dynamique et du corps à gauche. En plus ils ont des propositions, que je combats bien sûr. J’espère que les chômeurs les salariés virés, les jeunes et les vieux  ne vont pas les entendre. En cela j’appelle mes amis  patrons des grands médias nationaux de tenir bon ne pas inviter  les communistes.

Le deuxième  point,  comme disent les marxistes, j’ai une contradiction à résoudre.

D’un coté j’applaudie la libéralisation de l’énergie et je dois me précipiter avant que les autres rap…. opérateurs raflent tout, mais je vois que ma facture EDF et GDF est comme celle des prolos mal payés à qui j’ai la bonté de donner du travail. Pas en consommation bien sûr.

Alors vous comprenez mon dilemme, être à égalité avec les pauvres pour payer mais en même temps m’en mettre plein les poches.

Que feriez-vous à ma place ?  Vous le voyez, être  fortuné n’est pas de tout repos.

                                                                        Charles Edouard