"On ne discute pas avec le chef d'état-major de la réaction qu'est Laurence Parisot."

Publié le par Section Pcf Vierzon

Interrogé ce mercredi matin sur France Info, Jean-Luc Mélenchon "désapprouve absolument" la visite de Jean-Marc Ayrault à l’Université du Medef. Il revient également sur les contrats aidés et la tentative de baisser les prix des carburants.

Qu’on discute avec des chefs d’entreprises, c’est normal, c’est nécessaire. Mais qu’on aille parler avec le Medef, "qui prétend parler au nom de l’économie, ce n’est pas une bonne idée, c’est un signe de faiblesse" explique Mélenchon. En outre, il déplore que Jean-Marc Ayrault ait choisi, symbole de la rentrée politique du gouvernement, d’aller à l’université du Medef. "On ne discute pas avec le chef d'état-major de la réaction qu'est Laurence Parisot. On ne peut pas s’afficher dans ce genre d’évènement. Est-ce que le Premier ministre va aller au congrès de la CGT ?"

Jean-Luc Mélenchon revient aussi sur les mesures visant à limiter les prix des carburants. Pour le co-président du parti de gauche, ce n’est pas à l’Etat de baisser ses taxes. "C’était un excellent prétexte pour leur dire : ou bien vous baissez les prix séance tenante, ou je renationalise tout de suite Total". Rappelant que la constitution d’un pôle public de l’énergie était dans le programme du Front de gauche.

"Distribuer du salaire n'est pas contre-productif au contraire c'est une mesure de relance"[…]. "Mais là ce qu’on est en train de faire c’est d’organiser une nouvelle forme de précarité". Il souligne la durée des contrats trop limitée, rappelant qu’un CDD d’un, an pour un jeune sans formation, n’est pas suffisant pour se former.

BLOG/FranceInfo.

Publié dans FRONT de GAUCHE

Commenter cet article