Un spectre hante l’élection présidentielle : la peur de la Grande Révolution française ! Retour sur les injures du Nouvel Obs et de Michel Onfray contre Jean-Luc Mélenchon...

Publié le par Section Pcf Vierzon

Je me consacrerai particulièrement à la fin de ce billet au cas du philosophe Michel Onfray. Ce monsieur s’est comporté ces dernières semaines comme un gredin et a commis hier dans le Nouvel Observateur une double page contre Jean-Luc Mélenchon, au coeur d'un numéro "Collector" de dix pages, absolument indigne, en utilisant des méthodes de fripon. Il était en bonne compagnie.

Oui, il n’est hélas pas le seul. Cette charge s’inscrivait dans un ensemble plus général contre le Front de Gauche. C’est pourquoi hier, notre Directeur de campagne François Delapierre a fait une mise au point devant la presse. Certes, le constat fut sévère, mais pourquoi nous en faire reproche ? Nous avançons nos arguments et nos critiques à visage découvert. En avons-nous le droit ? En démocratie, cela me semble même indispensable. Les citoyens jugeront. La liberté de la presse est une chose précieuse. Elle doit être totale. Le droit de la critiquer également. Cette affaire n’est pas qu’une question théorique. Elle est aussi pleine d'émotion pour une conscience de gauche. Nous sommes tous des femmes et des hommes blessés de lire à notre encontre des choses qui nous semblent être des insultes humiliantes tellement elles sont caricaturales. Nous luttons pour la liberté et l’égalité entre les êtres humains, contre la peine de mort, contre le racisme, pour la paix, contre l’obscurantisme… et nous voilà moqués et injuriés de vile façon. Est-il possible de s’indigner ou sommes nous forcés de nous taire par crainte d’être à nouveau insultés comme censeurs ?

Mais, d’abord, pourquoi ces attaques ?

Publié dans Aide mémoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article